Bourg-en-Bresse

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Bourg-en-Bresse est une commune du département de l’Ain en France, département n’ayant d’amusant que l’originale homophonie entre son nom et son positionnement dans la liste des départements français classés par ordre alphabétique, devançant ainsi l’Aisne qui occupe pitoyablement la seconde place à laquelle personne ne s’intéresse.

« Même pas Jean-Pierre Pernaut »
~ Kamini à propos d'exactement le même sujet

La commune de Bourg-en-Bresse est peuplée de Burgiens, qui sont reconnaissables à leur forte propension à être les seuls êtres humains physiquement capables de prononcer correctement le nom de leur ville de naissance. On pourra ainsi les distinguer au sein d’une assemblée d’autres hominidés par leur Front légèrement plus plat, conséquence des facepalms répétés qu’ils s’infligent à chaque fois qu’ils entendent un tiers individu prononcer « Bourre-en-Bresse » comme un gros boloss. Je vous invite donc dès à présent à prendre conscience que vous faites très probablement partie de la catégorie des personnes dites « tierces », et à prononcer « Bourke en Bresse » pour le reste de cet article.

[modifier] Géographie

[modifier] Localisation

La ville de Bourg-en-Bresse est assez désavantageusement située au Nord-Est de Lyon, suffisamment proche pour passer pour des Lyonnais auprès des Parisiens et suffisamment loin pour passer pour des gros paysans auprès des Lyonnais. Il est de ce fait assez compliqué de faire valoir sa riche différence culturelle auprès de la plantureuse Soizic, fraîchement rencontrée au camping Longchamp Saint-Malo, à qui on finira forcément par dire pour pouvoir la pécho salement sans avoir à aller chercher son guide du routard : « Ouais, je viens de pas loin de Lyon… ». Cela lui permet toutefois d’occuper la troisième place sur la liste des villes vaguement intéressante de France classées d’Est en Ouest derrière Strasbourg et Simandre-sur-Suran, et juste avant Vichy.

Soizic.jpg

Elle c'est Soizic. Coucou Soizic.


[modifier] Hydrographie

Bourg-en-Bresse, que par commodité, familiarité avec le sujet, et souci d’économie de la touche « - » de mon clavier j’appellerai désormais « Bourg », est une des rares villes ne s’étant développée à proximité d’aucun cours d’eau et pour cause : les Burgiens ne boivent pas d’eau. En effet, ils sont suffisamment intelligents pour s’être rendu compte que cette dernière pouvait être commodément remplacée par de la bière ou du pinard ! Ils ne se lavent pas non plus, mais ils vont une fois par an se baigner à Bouvent, plan d’eau habilement aménagé à partir d’une ancienne décharge et dans lequel vous pourrez patauger sous l’œil affable de Nico, surveillant de baignade assez sympa qui porte un T-shirt, un slip de bain, une paire de lunettes de soleil futuriste avec un seul verre qui recouvre les deux yeux, et qui arbore un bronzage à mi-cuisses du plus bel effet.

[modifier] Climat

Tout le monde vous le dira : à Bourg, il caille. Alors qu’en vrai, en été, il fait chaud, mais personne ne s’en rend compte parce que tout le monde est parti draguer Soizic au camping Longchamp Saint-Malo. Faut vraiment être con pour rester à Bourg tout l’été. L’hiver par contre, tout le monde est là, même le brouillard qui persiste en général jusqu’à 15 heures pour d’évidentes raisons d’attractivité touristique de la ville à cette époque, ce qui est franchement sympa de sa part, Bourg est infiniment heureuse de voir qu’elle plait autant, mais niveau ensoleillement les témoins sont unanimes, ça pourrit un peu l’ambiance. Sinon, pour ce qui est de la pollution, ça va, à part sur le trottoir Ouest de la rue du Lycée où un épais nuage de THC persiste malgré même la disparition du dernier Hippie du Lycée Lalande en 2013. Il devrait toutefois s’être dissipé en 2025, ce qui prouve encore une fois que les jeunes de nos jours, c’est plus ce que c’était, non mais franchement…

[modifier] Culture et Patrimoine

[modifier] Gastronomie

Pour les étrangers, Bourg-en-Bresse, c’est la ville du poulet à pattes bleues, mais tous ceux qui vous diront ça n’ont sûrement pas goûté le tandoori de l’Indien qui fait l’angle rue Jules Migonney en face l’auto-école, parce que c’est vachement meilleur qu’un poulet à la crème et aux morilles à 50 balles la part dans un restaurant où on mange avec des couverts dans des assiettes en faïence. Bourg-en-Bresse, comme toutes les autres villes civilisées, utilise l’expression « Pain au Chocolat ».

[modifier] Joaillerie

Bourg est réputée pour la qualité de ses émaux bressans, mais ça, l’auteur n’a pas encore bien compris pourquoi. Ils ont une mèche de cheveux qui couvre leur œil gauche, ils sont en première L, ils sont tous habillés en noir et ils écoutent du Radiohead avec un casque rouge par-dessus leur bonnet… bref, ils ressemblent beaucoup aux autres émaux qu’on trouve ailleurs.

[modifier] Monuments

Il n’y a vraiment pas grand-chose à voir à Bourg, très peu de bâtiments dépassent les deux étages, mais ceux qui ont l’outrecuidance de le faire le font avec panache ! On peut par exemple citer le Monastère de Brou et son église « Saint Nicolas du BTP », qui a la particularité de ne jamais avoir été aperçu dans son intégralité par qui que ce soit car l’abondance des rénovations impose la perpétuelle présence d’un échafaudage qui gravite autour de l’édifice avec une période d’environ 10 ans. Il a été prouvé que la conservation du bâtiment coûte environ 2 salaires par an aux burgiens, ce qui d’une ne veut rien dire parce que beaucoup de burgiens sont chômeurs, et de deux n’est pas très grave car une fois qu’on a abandonné le poulet à la crème et aux morille pour les tandooris, on arrive à arrondir ses fins de mois.


Monastère de Brou.jpg

On pourrait croire que cette photo du monastère de Brou est truquée puisqu'il n'y apparaît pas d’échafaudage, mais en fait ce dernier est de l'autre côté !


[modifier] Cinéma

Comme vous l’avez compris, Bourg n’est pas une ville très cultivée, mais jusque-là, ça allait à peu près. Si elle a été élue « Ville du mauvais goût » en 2017, et a reçu deux nominations en catégories « Beauf » et « Putain c’est chaud là quand même », c’est grâce à son cinéma qui a arboré fièrement jusqu’à 3 mois après sa sortie la plus grande bannière publicitaire de Rhône-Alpes pour le film « Fast and Furious 8 », mais que voulez-vous, Bourg-en-Bresse aime énormément Baboulinet, c’est sa plus grande fan.

[modifier] Musique

La musique à Bourg, c’est un peu comme les touristes au camping Longchamp Saint-Malo un 22 Décembre : faut bien chercher. Mais Bourg peut se targuer d’avoir reçu les Ramoneurs de Menhirs et les Ogres de Barback une ou deux fois, Sheraf du temps où ils étaient number one, Sébastien Patoche une après-midi pendant un tour de France et les Deep Purple à titre Posthume il y a quelques temps.

[modifier] Population et Société

[modifier] Démographie

En croissance depuis 1950, la population de Bourg-en-Bresse a commencé à se stabiliser autour des 40'000 habitants depuis 2012, le flux de migrants fuyant le brouillard, le bronzage à mi-cuisses de Nico, la tronche immense de Vin Diesel affichée sur le ciné, et les concerts de Sébastien Patoche s’équilibrant parfaitement avec l’immigration générée par l’attrait qu’apportent les succulents tandooris burgiens.

[modifier] Enseignement

En 1893, Jules Ferry et Xavier Darcos ont conjointement essayé d’installer la première école primaire de Bourg, mais se sont heurtés à l’incompréhension des burgiens à l’égard de « l’éducation ». Honteux de cette défaite, Jules Ferry s’est immédiatement fait Hara Kiri et Xavier Darcos a décidé de se lancer dans la brillante carrière qu’on lui connait à ce jour.

[modifier] Manifestations culturelles et festivités

A Bourg, il n’y a pas de manifestations culturelles. Le jeune burgien frivole, quand il veut faire la fête, va en boîte. Pour se la coller à 25€ le verre de mojito, c’est bien simple : il y a trois boîtes, que tous les burgiens connaissent. Et tout le monde à Bourg le sait : il y en a deux qui sont trop nazes, et une qui est trop cool ! Mais tout le monde n’est pas d’accord sur laquelle des trois appartient à la dernière catégorie. Pour les esthètes de la youte, la ville de bourg dispose aussi bien sûr d’un pub Irlandais plutôt sympa et que le patron sait rendre plus vrai que nature en conservant en toute circonstance 2 grammes d’avance sur ses clients.

[modifier] Sport

Le burgien en bon français aimerait bien être fan de foot, malheureusement l’équipe locale étant de piètre qualité, il doit se rabattre sur le rugby, ce qui sauve un peu les meubles. Tout habitant de Bourg-en-Bresse, s’il est fier de sa ville, doit alors porter fièrement la couleur de l’US bressane pays de l’Ain, ce qui est vachement dommage parce qu’ils ont choisi le violet. Et la mascotte de cette truculente équipe est ni plus ni moins qu’un poulet ! Non pas celui qu’on sert à la crème et aux morilles toutefois, mais bien celui que l’on retrouvera avec joie dans les tandooris de la rue Migonney. On notera d’ailleurs que l’USBPA est entre-autres entrainée par Yohann Boulanger, nommé ainsi alors qu’il n’est même pas boulanger, et dont le livre « L’usurpation à la cool » sortira en 2018.

USBPA.jpg

Ils croyaient que la ferveur des supporters et la grosse bannière Carouf' nous suffirait pour oublier que le violet c'est moche


[modifier] Locutions Burgiennes

Le burgien est toujours relativement pressé, et comme il n’a pas le temps, il remplace avantageusement la proposition « de » par « à » afin d’indiquer la possession tout en gagnant une lettre :

« C'est toi qui a les clés de la voiture à Pierre ? »
~ Un Burgien à propos de son moyen de locomotion en sortant du pub Irlandais

Bien sûr cet exemple est une fiction, Pierre, s'il est un bon burgien chômeur, n'a pas de voiture.

Partage sur...
wikia