Avaleur d'épées

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Avae1.jpg

< Insérez un commentaire misogyne >

Parmi les métiers du cirque et du BTP, celui d'avaleur d'épées est un des plus spectaculaires et des plus impressionnants, mais aussi des plus dangereux. Il est le seul qui offre la possibilité à celui qui le pratique de se gratter l’œsophage ou d'aller rechercher un chewing-gum avalé par mégarde, ou même de sabrer le champagne après l'avoir bu. Pour faire une analogie, si le cirque était un orchestre, l'avaleur d'épée serait un chanteur de jazz, à la différence près que Michel Sardou n'a jamais composé de chanson en son honneur. Les préjugés sont légions sur l'art d'avalage d'épées, et en général les avis sont comme le jambon, ils sont bien tranchés, et sans couenne. C'est pourquoi cet article se propose de faire découvrir les multitudes de possibilités dont regorge ce métier peu connu et peu pratiqué, mais qui n'a pourtant jamais fait l'objet d'un reportage dans le journal de 13h de TF1.


Historique

Avae2.jpg

Et encore, une fois qu'il aura réussi à avaler l'épée, il devra s'enfiler ce gros fromage que le mec du premier plan porte.

La construction de l'homme provient de l'expérience. C'est grâce à elle que nous savons aujourd'hui qu'il ne faut pas cueillir des roses sans gants, marcher sur du feu, mettre son chat au micro-onde, ou mettre le son lors des matches de foot commentés par Alexandre Delperrier. C'est cette même expérience qui a conduit l'homme, depuis la nuit des temps, à distinguer l'ensemble des choses que l'on peut avaler, de l'ensemble des choses que l'on ne peut pas avaler. Faisons un point sur cette longue démarche expérimentale qui a amené l'homme vers la découverte et la pratique de ce fabuleux métier qu'est l'avalage d'épée.

  • 500 000 av. J.C. : L'homo erectus découvre le feu. Il tente de l'avaler, mais les brûlures d'estomac provoquées par ces tentatives, couplées à l'absence notoire de Rennie Deflatine à l'époque, le conduisent à le mélanger à de la viande avant de l'avaler.
  • 175 000 av. J.C. : L'homo erectus découvre la taille de la pierre. Il confectionne les premières armes, à savoir des lances, des flèches et des Beretta 92. Ce sont alors les premières tentatives d'avalage d'armes, qui se soldent toutes par le décès du sujet. Cela permet néanmoins la découverte de la brochette.
  • 105 000 av. J.C. : L'homo erectus découvre la taille de la pipe. Bah oui faut pas déconner, les mecs ont déjà eu l'idée de bouffer du feu, des lances et des Beretta, mais ils auraient pas pensé à se gober le noeud ? En plus excuse-moi, mais ils s'appellent pas HOMO et ERECTUS pour rien.
  • 1600 av. J.C. : Invention de l'épée, arme tranchante munie d'une lame d'au moins 30 cm.
  • 0 av. (ou ap. c'est pareil ;)) J.C. : Naissance de Jésus-Christ, le messie, le sauveur, le taulier. Jésus-Christ est une des personnalités fondatrices de l'art d'avalage d'épées. Il a beaucoup oeuvré à la popularisation de ce métier, et on lui doit de célèbres citations comme « Aimez-vous les uns les autres, mais surtout bouffez des épées les mecs », « Lève-toi et mange cette épée stp », « Dîtes les mecs c'est bien beau du pain, du vin, mais ça manque un peu d'épées vous trouvez pas ? Ah merci Judas, enfin un qui a du goût ! ». Ironie du sort, alors que des millions de gens ont cru s'y fier, il mourut crucifié.
  • 231 ap. J.C. : Premiers spectacles urbains comprenant des avaleurs d'épées, dans Rome. Ces spectacles sont à l'origine des arts du cirque puisqu'on y retrouve aussi des cracheurs de feu, des dresseurs d'animaux, des équilibristes, des strauss-kahniens, et Bernard Montiel, le futur présentateur de La Roue de la Fortune.
  • Ve siècle ap. J.C. : Les Chinois se mettent à la pratique de l'avalage d'épée, mais révolutionnent l'art en variant les épées avalées. On découvre ainsi l'avalage de poignards, de couteaux, de dagues, et même de sabres, ce qui oblige les pratiquants à modifier l'incurvation de leur oesophage, difficulté supplémentaire s'il en est. On découvre également la phrase Avaler l'épée par la Chine, qui ne veut rien dire mais qui deviendra plus tard une excellente contrepèterie.
  • 987 ap. J.C.  : Avènement d'Hugues Capet. Il est le troisième personnage phare, après Jésus-Christ et Bernard Montiel, dans l'évolution de la discipline d'avalage d'épées. Non en fait pas du tout mais vu que je me souvenais de la date je l'ai mise là. Mdr.
  • 1644 ap. J.C. : Invention de la baïonnette pour rendre la pratique d'avalage d'épées possible sur des fusils. Ca me fait penser à mon proprio qui m'a complètement arnaqué avec son appart pourri de 14 m² pour 800€/mois. En signant, il me dit « Franchement, c'est un bail honnête ». J'aurais dû me douter qu'il me prenait pour un jambon.
  • 1886 ap. J.C. : L'épée est de moins en moins utilisée en combat, et peut donc être uniquement utilisée pour la pratique de l'avalage d'épée. Le Britannique Nelson Mystrong donne un spectacle où il avale simultanément six épées. C'est le début d'une incroyable course aux records en matière d'avalage d'épée, qui va durer toute la première partie du XXe siècle.
  • 1904 ap. J.C. : L'Allemand Niels Meinstrung parvient à avaler 5 épées, deux sabres, un couteau et huit cure-dents simultanément.
  • 1911 ap. J.C. : Le Belge Neels Mijnsterke tente d'avaler 14 épées, 8 poignards, deux couteaux-suisses, et un pied de chaise, le tout simultanément. Il décède lors de l'avalage de la première épée, s'étant assis sur la chaise à laquelle il manquait un pied.
  • 1912 ap. J.C. : Le Britannique Jack Dawson avale le Titanic.
  • 1963 ap. J.C. : Naissance d'Isabelle Giordano.
  • 1998 ap. J.C. : Patrick Sébastien invite le célèbre avaleur d'épées Denis Lamalisse qui remet au goût du jour cet art qui avait été oublié avec la hausse des prix du pétrole. Denis Lamalisse parvient à avaler 22 épées, 11 sabres, et une Ford Escort, le tout, évidemment, accompagné par un pétomane.
  • 2002 ap. J.C. : Le président américain G.W. Bush s'essaye à l'avalage de bretzel, art voisin de l'avalage d'épées. Il échoue lors de sa première tentative.


Compétitions

Avae4.jpg

Le daguophage hongrois Lazlo Kövér juste après un 7 sous le par (on voit d'ailleurs qu'il utilise des dagues bout-prenantes de 22/4 en externe)

Plus qu'un art, l'avalage d'épées se révèle être une vraie pratique sportive, donnant lieu à des compétitions, notamment à partir de la fin de la deuxième guerre mondiale[1]. C'est en 1951 à Trondheim en Norvège, ville symbolique s'il en est, qu'ont eu lieu les premiers championnats du monde d'avalage d'épées. Ils ont ensuite été organisé tous les quatre ans, se faisant le théâtre de compétitions toujours plus intenses et spectaculaires, où les autres arts du cirque s'invitaient également en exhibition.


Depuis 1963, les championnats du monde se divisent en catégorie de poids (mouches, moyens, mi-lourds, super-walters, mi-moyens, lourds, hyper-walters, super-lourds, et jaunes), en armes (épée, sabre, fleuret, poignards, dagues, et scie-sauteuse), et en type de performance (rapidité, simultanéité, endurance et actualités). Ce qui donne, pour neufs catégories de poids, six armes différentes, et quatre types de performance, pas moins de 216 épreuves différentes chez les hommes et chez les dames, sans compter les traditionnels relais par équipes.


Ainsi les mondiaux d'avalage d'épées sont de très longues compétitions qui durent entre quatorze et dix-huit mois, ce qui explique la fréquence relativement faible d'un championnat tous les deux ans.


Ce sont les épéphages hongrois qui ont longtemps dominé les compétitions internationales d'avalage d'épées, avec la totalité des titres mondiaux dans toutes les catégories en épée, fleuret et dagues jusqu'en 1983.

L'Europe a toujours été très bien représentée dans ces compétitions, même si en sabre, ce sont les redoutables asiatiques qui raflent toutes les médailles et tous les records. On se souvient notamment des championnats du monde de Malmö en 1995, où le relai sabrophage chinois en endurance réalise un score parfait dans la huitième manche, 12 pour rien avec notamment un 8 sous le par dans les deux premiers relais : du jamais vu.

L'Afrique est très peu pourvue en grand talent d'avalage d'épées, si l'on omet le mozambiquais Armando de Lurdès Guebuzali qui, en 1989, a remporté le titre mi-moyen en rapidité, en dagues, avec un score de 8 pour 6 en moins de quatre minutes, ce qui, à l'époque, constituait un record (depuis battu à plusieurs reprises, notamment dans les mondiaux d'Odense en 2001 avec l'épique duel entre le belge Gilles Goulot et l'américain Dawson Carter III : le record a été battu pas moins de trois fois ce soir-là, tombant sous la barre des 9 pour 4 en trois minutes, même si le vent, soufflant à 2,5 m/s, était assez favorable).

Côté français, c'est chez les dames que l'avalage d'épée a connu ses lettres de noblesse, avec des grands noms comme Chantal Gloupier, Amandine Goubert, Ernestine Léopold ou encore la célébrissime scie-sauteusophage Annie Letou, inventrice de la technique du riftwalk qui lui a permis d'enchainer une série de 32 victoires consécutives en saison régulière ( avec une série de 71 sets sans concéder le moindre touché de sureté !), et d'obtenir le plus haut classement Elo à ce jour pour une femme (2418, le 20 juin 1977 juste après les mondiaux de Norrköping) dans cette discipline très exigeante et très décriée dans le microcosme de l'avalage d'épées.

Le magazine sportif Stade 2 a fait une rétrospective très complète sur l'histoire de l'avalage d'épée dans son émission spéciale du 11 août 2003 (date de clôture du mondial de Kristiansand), où on retrouve tous ces grands noms, et toutes les plus grandes heures de cette discipline, sous les commentaires des deux grands experts français que sont Gérard Holtz et André Manoukian.

Avae6.jpg

Les épreuves de sabre laser n'étaient qu'en exhibition aux mondiaux de Aarhus en 2007. Ici l'épreuve artistique par équipe.

Loisirs

Avae7.jpg

Ce groupe d'enfants s'entraine à l'Air avalage d'épées. Certains sont pas mauvais.

Comme tous les sports populaires, l'avalage d'épées s'est beaucoup répandu sous une forme loisir. Ainsi, comme pour les clubs Pyramide (jeu télévisé) ou Des Chiffres et des Lettres, des clubs Avalage d'épées ont vu le jour un peu partout en France, où des passionnés, enfants comme adultes, jeunes comme vieux, filles comme garçons, copains comme cochons, se retrouvent pour des parties endiablées et conviviales : des parties endiviales.


Dans les années 90, la mode était telle que les publicitaires y ont vu une opportunité de type aubaine et ont envahi le marché avec des produits dérivés : tétines en forme d'épée, sex-toys en forme d'épée, tétines en forme de sex-toy, friandise en forme d'épée, pâtes en forme d'épée : on peut réellement dire qu'on mangeait l'épée à toutes les sauces ! Bolognaise, aïoli, ketchup, sauce harissa, sauce samouraï (la meilleure pour les sabres), sauce curry, sauce barbecue. Oui je vais citer toutes les sauces que je connais. Sauce au poivre, sauce au sel, sauce blanche, saucisse de Francfort. Non sérieux passez au paragraphe suivant je vais réellement toutes les citer. Sauce mayonnaise, sauce moutarde, sauce vinaigrette (putain j'allais l'oublier !), sauce Béchamel, sauce béarnaise, sauce fantôme (SOS Fantôme mdr), sauce Richelieu, sauce californienne (ok là je pars en délire), sauce curcumin et olive tunisienne, sauce caramel breakfast, sauce Dallas (sur les boulettes), sauce tartare, sauce ritale et je le reste, sauce kaméhaméha, sauce bambou, sauce Etienne Daho. Voilà.


De nos jours l'avalage d'épées est un peu passé de mode, mais, avec l'aide des cybermédias culturello-sociaux, et des réseaux en ligne comme Facebook, Twitter ou la Désencyclopédie, il est possible que cet art ancestral mais néanmoins vivant, trouve une résurgence opportune à nulle autre pareil, étant données les circonstances actuelles (crise, chômage, allongement de la vie, rétrécissement des esprits).


Il convient cependant de rappeler que, tout divertissant et esthétiquement plaisant qu'est l'avalage d'épées, cette pratique, a fortiori en loisirs et dans un monde régi par les règles d'hygiène et de sécurité, et même maintenant de respect de l'environnement, car il ne faut pas polluer notre belle planète, et il faut penser à ce que nous allons léguer à nos enfants, mon dieu que cette phrase a des tonnes de propositions indépendantes juxtaposées, ou parfois même coordonnée, je pense notamment à celle qui commence par car, conjonction de subordination s'il en est, présente des risques. C'est l'objet de notre prochain paragraphe, que je vais rédiger tout de suite, et que je vous propose de lire attentivement.

Dangers, risques, hygiène, sécurité et environnement

Avae5.jpg

Le logo de la FECAL représentant un avaleur d'épées. Après chacun y voit ce qu'il veut.

La Fédération d'Avalage d'Epées Compétition et Loisirs (FAECL, qu'on appelle aussi la FECAL pour déconner) est la seule fédération d'un sport de haut-niveau qui s'est dotée d'une charte que doivent impérativement signer ses adhérents. Cette charte est particulière car elle tient compte des aspects de risques, de dangers, d'hygiène, de sécurité et d'environnement (on parle de la Charte ADHERES pour Aspects Dangers, Hygiène, Environnement, Risques, E, Sécurité. Le deuxième E ayant été rajouté pour faire un sigle sympa). Ainsi tout membre de la FECAL doit prêter serment de respecter l'ADHERES : on dit qu'il adhère à l'ADHERES, et on se marre parce que c'est vraiment rigolo. Si vraiment on est un mec marrant, on dit même qu'il adhère à l'ADHERES des ders. Mais vraiment là on est top niveau. Limite va t'inscrire à On n'demande qu'à en rire quoi.

Cette Charte, qui compte onze articles, vous est présentée ci-dessous.


Charte ADHERES pour la prise en compte des aspects dangers, hygiène, environnement, risques, de la lettre E et de la sécurité.

Etablie par la Fédération d'Avalage d'Epées Compétition et Loisirs. Merci de ne pas nous surnommer la FECAL, car on passe vraiment pour des cons sinon.



Article 1  : Tous les avaleurs d'épées naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. Sauf les avaleurs de scies-sauteuses, qui sont quand même un peu plus cons que la moyenne.

Article 2 : Les épées, sabres, dagues, poignards ou autres objets tranchants utilisés dans la pratique d'avalage d'épées ne doivent être utilisés qu'à cette fin. Il est en particulier interdit d'avaler votre couteau à viande sous prétexte que vous n'avez pas envie de faire la vaisselle.

Article 3 : La pratique de l'avalage d'épées doit se faire dans le respect le plus strict des règles d'hygiène de base. L'épéphage veillera notamment à bien désinfecter le matériel, se laver les mains avant et après la pratique, et à bien se brosser les dents avant d'aller au lit.

Article 4 : Lors d'une partie impliquant plusieurs épéphages, chaque protagoniste est tenu de veiller au respect de l'intégrité physique des autres. Le maniement d'objets tranchants peut occasionner des coupures aux doigts, certes bénignes, mais qui peuvent handicaper dans la vie de tous les jours. Moi je vois l'autre jour, je m'étais coupé à l'index en me rasant, bah pas moyen de feuilleter L'Equipe Magazine avec ce doigt-là.

Article 6 : Dans le cas d'une pratique compétitive, il est obligatoire de porter des protections sur les zones sensibles : casque, gants et protège-larynx.

Article 7 : Il est formellement interdit à tout adhérent à cette charte de se demander pourquoi il n'y a pas d'article 5.

Article 8 : La pratique de l'avalage d'épées doit se faire dans le respect le plus strict de l'environnement. Il est interdit de cracher son chewing-gum sur la pelouse, ou d'utiliser un sac plastique en cas de vomissements nauséeux. Préférer prendre une douche dans les vestiaires à un bain.

Article 9 : Toutes les compétitions d'avalage d'épées ont lieu dans des pays scandinaves. Ne me demandez pas ce que cet article fout là, je vous répondrai pas, car je ne suis qu'une charte et les chartes ne parlent pas.

Article 10 : Dans le cadre de compétition officielle, tout manquement aux règles énoncées dans la présente charte peut entraîner des sanctions allant du point de pénalité jusqu'à la disqualification, à la discrétion du procureur de la République en charge du dossier.

Article 11 : Ah non en fait on a fait le tour. J'allais mettre un truc sur l'environnement mais c'est déjà dans l'article 8. Ok tout va bien.




Signature de l'adhérent                                   Signature du président de la fédération                                   Signature d'André Manoukian



Conclusion

Symbole de la prise de risque à bon escient, de la patience justifiée, à contre-courant de cette société du tout tout de suite, où l'on avale des couleuvres et ravale sa fierté, l'art de l'avalage d'épée pourrait être cet isthme entre notre société moderne et pourtant si archaïque et l'horizon d'un monde égalitaire et heureux où toutes sortes de choses pourraient arpenter les parois de notre oesophage sans pour autant provoquer un tollée ou une hémorragie interne. Quelle meilleure sensation que celle de se faire pénétrer par une lame et par les idéaux de respect, d'abnégation et de sérénité transportée par celle-ci ? Quel plus bel émoi que celui de sentir que l'on n'existe qu'au bout d'un pommeau ? Quel avenir pour Laurent Blanc ? L'expérience montre qu'il existe clairement deux catégories de personnes : celles qui ont les réponses à ces questions, et celles qui souhaitent les ignorer. L'avenir seul nous dira lequel de ces deux camps foncièrement antagonistes vaincra l'autre. Enfin en tout cas y en a au moins un des deux qui est armé...


Sifflet.png  Portail du sport

Notes

  1. Les avaleurs d'épée étaient, au même titre que les juifs, les tziganes et les homosexuels, considérés comme des sous-hommes par le régime Nazi.


PtitMonkee.jpg Article cradopoulo ma kif kif maousse costo
Cet article a sa place au soleil du Top 10 des articles de 2012.
Bestof v1.png
Meilleurde.jpg
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Partage sur...
wikia