Arnold Schoenberg

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Arnold Schoenberg est l'arrière grand-père d'Arnold Schwarzenegger et compositeur autrichien de confession juive. Né le 13 septembre 1874 à Vienne, et mort le 13 juillet 1997 à Hollywood. Deux siècles après Jean-Sébastien Bach et Jean-Philippe Rameau-Smet, qui avaient posé les fondements de la musique tonale, il émancipa la musique de la tonalité et inventa le dodécaphonisme, signifiant ainsi le début de la fin de la musique dite 'sensible'.

[modifier] Biographie

Né à l'âge de 7 ans, il sait déjà parler à sa naissance (c'est d'ailleurs en partie cette facilité pour les langues qui lui fera inventer un nouveau 'langage' musical). Sa mère lui concocte des viennoiseries à longueur de journée, et, 4 ans après sa naissance (à 11 ans), il souffre d'obésité morbide. Il entrera donc, dès le mois de Mars 1884, à l'école normale supérieure d'Africologie de Bâle, option Somalie. Lorsqu'il sort, diplômé, il pèse 27kg tout habillé, et s'est trouvé une négresse arrière-petite fille du roi du Congo. Ils se marièrent en Février 1899 à la paroisse dominicale-des-saints-des-derniers-jours-et-de-Jésus-Christ-reconstitué-par-la-grâce-du-Saint-Esprit. Leur descendance comptera notamment le célèbre Schwarzy.

[modifier] Rupture avec la tonalité

C'est probablement à cause d'un traumatisme lié à la Peur des Quintes Parallèles que Schoenberg se détournera progressivement de la tonalité. Certains neuropsychiatres ayant étudié son cerveau ont remarqué l'absence de la glande musicoline dans son cerveau, et cela explique certainement l'amusie flagrante du personnage. L'histoire a fait de Schoenberg une sorte d'handicapé de la musique, voire, d'autiste au même titre que Pierre Boulez ou bien John Coltrane.

[modifier] Dodécaphonisme

A l'époque où le Sudoku ne s'était pas encore démocratisé pour finir comme jeu d'attente aux Toilettes, Schoenberg, adepte de la Constipation depuis ses études d'Africologie, trouve le moyen de rester des heures sur le trône sans s'ennuyer ; le dodécaphonisme.

[modifier] Règles

  • On prend du papier à musique
  • On prend les douzes tons (De Do à Si en passant par Do#, Ré, Mib, Mi, Fa, Fa#, Sol, Sol#, La et Sib)
  • On prend soin d'écrire ces notes dans le désordre le plus complet et selon des rythmes dégueulasses
  • Ensuite, on renverse les intervalles et on fait des trucs bizarres comme rétrograder, ou inverser les rétrogradations fuguées
  • Théoriquement, l'écoute intérieure de l'oeuvre ainsi produite devrait avoir pour effet de générer des sons de trompette avec le cul, accompagné de bouts de crotte dans les meilleures des cas(-cas).

[modifier] Une vie de Juif Européen de Formation Africaine

Arnold Schoenberg a dû, tout au long de sa vie, faire face à de nombreuses brimades de la part de ses concitoyens. Malgré sa volonté d'assimilation internationalisante (que l'on retrouve en musique par la volonté d'inclure toutes les notes dans une seule mélodie), il n'en reste pas moins un Juif, et est, de ce fait, élu d'office comme tête de Turc (les turcs ne sont pourtant pas juifs, allez comprendre la logique !) des lieux où il vivra selon les périodes de son existence. Ce sont donc oiseaux morts cloués à sa porte, colis piégés et passages à tabac qui jalonnent son quotidien. Certains psychanalystes pensent qu'il a trouvé dans le dodécaphonisme un moyen de se venger de la terre entière, tandis que d'autres pensent que la maltraitance dont il fit l'objet toutes ces années était avant tout une réaction préventive, liée au pressentiment qu'il nuirait à la musique entière du futur.

[modifier] Croûtisme, ou la tentative ratée de transposer le dodécaphonisme dans la peinture

Probablement inspiré par la déliquescence de la peinture à son époque, il commettra plusieurs croûtes qui seront exposés dans les toilettes d'un bar à musique miteux à New-York (le Carnegie Hall).

[modifier] Œuvres pour piano

  • Trois pièces (op.11) Comp. février-août 1909. Pub. 1910 ; nº 3 révisé en 1924
  • Six petites pièces (op.19) Comp. 1911. Pub. 1913
  • Cinq pièces (op.23) Comp. 1920-1923. Pub. 1923
  • Suite (op.25) Comp. 1924. Pub 1925
  • Deux pièces (op. 33a et 33b) Comp. 1928-1929 et 1931. Pub. 1929 et 1932
  • Une pièce un peu plus grosse (op. 54b et 54c) Comp.1984. Pub. 1987
  • Encore une pièce, mais de taille moyenne (op. 55) Comp. 12 Mars 1982. Aucune publication.

[1]


[modifier] Citations à son propos

« J'ai vomi dans ma trompette en voyant ton tableau »
~ Miles Davis à propos d'une croûte de Schoenberg installée dans les toilettes du Carnegie Hall.
« Je ne suis pas venu apporter la paix sur terre, mais l'épée. »
~ Jésus Christ à propos d'un concert pour piano d'Arnold Schoenberg.
« Il est seulement jaloux. Il s'est fait enculer, on lui a piqué ses plus belles années. il meurt d'envie de baiser. S'il tient jusqu'au bout. Mais il peut plus. Donc, maintenant, il veut que les jeunes souffrent comme il a souffert. »
~ Charles Bukowski à propos de l'aspect vengeur du dodécaphonisme.
« Face à une oeuvre d'art, on ne doit pas rêver, mais s'attacher à en percer la signification. »
~ Schoenberg à propos de lui-même
« Je fais de la musique pour me marrer et critiquer, lui, c'est vraiment autre chose, tu vois. Il prend des notes au hasard et fait passer ça pour de la musique! Moi j'appelle ça du foutage de gueule »
~ Frank Zappa à propos de Schoenberg


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia