Armée suisse

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Seule armée du monde à avoir tué plus de soldats dans son camp que chez l'ennemi en n'ayant d'ailleurs participé à aucun combat.

[modifier] But de l'armée suisse

L'armée suisse contribue à la sécurité de la nation grâce à de nombreuses opérations; confier à tout bon citoyen une arme, distribuer des biscuits secs et du chocolat aux enfants, faire courir les soldats au bord du Rhône leur sac rempli de cailloux. D'autre part, elle a un but social : occuper plein de sexagénaires qui s'ennuieraient vachement plus s'ils étaient à la retraite ou au chômage. Accessoirement elle dépense l'argent du contribuable pour de nombreuses causes toujours mystérieuses.

[modifier] Composition

Composée de deux espèces, le bidasse de base forcé d'être là d'une part, et d'autre part les "pros" (essentiellement des gens trop mauvais même pour entrer dans la police suisse) qui constituent le corps des officiers. Cette dernière catégorie est la plus dangereuse, car elle ne remettra jamais en cause quoi qu'il lui soit demandé, aussi absurde cela puisse-t-il paraître... Leur devise : « Réfléchir, c'est mourir ! »... leur laissant encore de beaux jours devant eux.

[modifier] Direction

Depuis le 10 décembre 2008 (ou le 31 du même mois, c'est comme vous voulez), l'armée suisse est sous la direction de Ueli Maurer (nouveau chef du DDPS (Département des Débiles Profonds et des sports (ben oui quand même)), au sein du Conseil Fédéral. Son prédécesseur, Samuel Schmid, victime du Roland Nefgate, d'attaques ciblées de toutes part ainsi que d'une cote de popularité au ras des pâquerettes donna sa démission quelques semaines avant. Il invoquera des raisons de santé pour se défaire de son joujou. On le sait, l'armée n'est pas réputé pour ses intellectuels.

[modifier] Grade

De plus important au moins important :

01. Serveur bénévole

02. Tavernier

03. Vigneron

04. Artisan (Créateur d'alcool de type absinthe)

05. Ambulancier

06. Lieutenant des Latrines

07. Chef de Bars

08. Éclaireur de vins

09. Vice-Foufoune

10. Foufoune

11. Foufoune en chef (Anciennement le Roland)

12. Le Roi du Département des Débiles Profonds et des Sports

[modifier] Remise de la panosse

Ce rite religieux permet d'éloigner les mauvais esprits durant la durée des combats, et ainsi donner aux soldats la force d'aller au front sans craindre d'être tué.

Ce rite s'effectue en trois phases. Il est réglementé par les 934 pages du règlement n° "RRP 510.107.016687.4540.01.264" intitulé "règlement de la remise de la panosse". Tout soldat se doit de l'apprendre par cœur.


Première partie : Elle s'effectue dès le premier jour des hostilités. Le commandant de bataillon aligne tous ses soldats dans une zone prédéfinie, si possible au milieu d'une grande place dégagée, en espérant ne pas être repéré par les forces aériennes ennemies. Le but étant pour les soldats, de ne plus bouger. C'est ainsi qu'est né le jeu Un, deux, trois, soleil.

Pendant ce temps, l'un des soldats apporte la panosse tant convoitée, tenue du bout d'un bâton, au commandant de bataillon. Après avoir inspecté la panosse, le commandant de bataillon engage un long discours et confie la panosse à la troupe, en guise de dieu protecteur.

Deuxième partie : Chaque soldat se doit de saluer la panosse comme une personne à part entière, et ceci, à chaque fois qu'il l'aperçoit, car la panosse doit être respectée et vénérée. La troupe se doit néanmoins de l'utiliser pour sa tâche première : passer la serpillère (plus couramment dit : panosser). La panosse est ensuite accrochée le haut d'un mat, devant les cantonnements, afin de lui permettre de sécher durant toute la journée.

Troisième partie : Le dernier jour, lorsque tout est enfin rentré dans l'ordre, le commandant de bataillon rassemble à nouveau tous ses hommes qui ne sont pas morts au combat, et une nouvelle partie de Un, deux, trois, soleil est engagée. Le commandant de bataillon inspecte la panosse pour vérifier qu'elle a bien été traitée, puis s'engage à nouveau dans un long discours.


Chaque citoyen suisse se doit de répéter le rituel une fois par année, durant trois à quatre semaines, afin de s'assurer qu'il le connaisse par cœur. Cette formalité est appelée CR (Connaître son Rituel).

[modifier] Argot Militaire

SMS = Soldat Militaire Suisse

YPD. = Y'a Plus de ... (Peut varier selon l'expéditeur des SMS)

Quelques exemples :

YPDF = Y'a plus de Fendant (pour les Valaisans)

YPDA = Y'a plus d'Absinthe (pour les Neuchâtelois, à noter que l'absinthe est considéré comme une arme de destruction massive par l'ONU, au même titre que Pascal Couchepin)

CLB = Cache la bouteille !

LCA = Le Chef arrive !

IA2C = Il a 2 cartons !

[modifier] Dictons populaire

« l'armée c'est comme les chiottes tout le monde y va mais il n'y a que la merde qui y reste. »

« Häsch dini Ovo hüt scho gha ? »

« Ah alors ça moi 'ché pas, c'est pas ma spécialité. »
~ Un gradé, suite à une question pertinente et dérangeante.
« L'uniforme de l'armée ça excite les filles ! Elles me veulent toutes. »
~ Un soldat 2 semaines avant d'aller voir les prostituées.
« Corrigez le tenü !!! »
~ Un serjent major suisse-allemand pris de court par une recrue romande le saluant.

« L'armée c'est comme l'apéro ; t'entres intelligent, t'en sors complètement con... Si t'en sors ! »

« Ou sont passé mes Zwieback ? »

« Mais j'penssssses alors ! »

« Morrgueuuu ! »

« Pour les romands, c'est la même chose mais en français ! »

« Un fusil sans magasin, c'est comme une femme sans seins : ça sert à rien! »

« Une cartouche c'est comme une femme : On la met dans la chambre, on la tire et on l'éjecte. »

« C'est toujours les romands ! »

« Arriveeeeeez malheureux !! »

« Est-ce que je dois aussi vous tringler mon appointé chef? »

« Le Romand c'est touchours le rigol!!! »


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia