Amédeute

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Un amédeute (du grec ameos, signifiant "sextant", et du portugais deotose, ne signifiant rien) est un instrument de médecine, principalement utilisé entre le 2 décembre 1857, date de son premier essai, et le 3 décembre 1857, au moment de la décision de son retrait du marché. De nos jours, certains spéléologues professionnels continuent de l'utiliser pour masquer leur manque d'expérience. Il trouve sa source dans la correspondance entre Archimède et Jules César, qui cherchaient un moyen d'examiner durant la grossesse la teneur en cellules souches des cordons ombilicaux.

[modifier] Histoire

Ptolémée parlait déjà du formidable instrument que ferait "un outil utilisant l'énergie marémotrice d'un phacochère, laquelle pourrait sonder de façon intime les arcanes les plus secrètes des corps humains" (Ptolémée, in Ma vie et mon œuvre). En collaboration avec Jules César, Archimède proposa de remplacer le phacochère par une chauve-souris, qui comme l'avait montré Moïse, possède une énergie marémotrice plus puissante que la moyenne des autres animaux. L'instrument fut pour la première fois construit par Rembrandt en 1857, qui l'essaya sur sa propre femme. Cet essai se solda par un cuisant échec pour Rembrandt, qui préféra démonter son amédeute, et retourner à sa carrière de peintre en batiment.

[modifier] Principe

Le principe de l'amédeute est d'utiliser les ultra-sons émis par une chauve-souris préalablement droguée, pour faire une échographie de l'intérieur de l'utérus. Un sextant permet ensuite de repérer l'angle que forme le faisceau d'ultra-sons avec l'axe bouche-nombril de la mère. On peut ainsi théoriquement mesurer le diamètre du cordon ombilical du fœtus.

Schéma amédeute.png

Schéma de principe

[modifier] Raisons de l'échec de l'amédeute

Rembrandt aurait très bien pu prévoir son échec au moment de la construction de son amédeute, s'il avait été au courant des travaux de son illustre prédécesseur Vélasquez, qui souleva en 1623 l'idée que le sextant ne pouvait être construit qu'en plutonium, matière totalement inconnue en 1857. Un amédeute construit en plastique, comme l'était celui de Rembrandt, ne pouvait en effet pas du tout supporter l'extraordinaire pression exercée sur ses parois.

[modifier] Utilisations actuelles

En 2003, Salvador Dali comprit qu'un amédeute construit sans sextant et sans chauve-souris, mais utilisant un grille-pain et une gymnote, pouvait tout aussi bien fonctionner. Il corrigea ses propos deux ans plus tard, pour expliquer que la gymnote n'apportait rien à l'appareil, mais qu'on pouvait la remplacer par un poste de radio. Dans ce cas, l'appareil s'appelle proxamédeute. Aujourd'hui, les associations de défense des chauve-souris, et notamment Brigitte Bardot, interdisent strictement l'usage d'un quelconque instrument se rapprochant de l'amédeute, y compris le proxamédeute. Cette intolérance bornée a fait dire à François Mitterrand : "Là où les écolos se trompent, c'est que des proxamédeutes, mes sujets en utilisent tous les jours sans s'en rendre compte !".

Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia