Allô Bière Shit

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Allô Bière Shit® est une entreprise parisienne démarrée en 1994 par Alexis Lemennissier et Pierre-Joseph Seillières. SA au capital d’à peine 21000 euros, la compagnie emploie désormais quatre cents personnes et possède des filiales à Lille, Marseille, Strasbourg, Lyon et Bordeaux.

[modifier] Concept

Allo2.JPG

Logo de l'entreprise

La société Allô Bière Shit® (ABS®) propose à ses clients de les livrer à domicile en bière et en shit, ce à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Alexis Lemennissier expose les débuts de sa compagnie :

« Le concept initial, c’était Allô Champagne Coke®, car nous pensions toucher une niche de consommateurs aux revenus élevés et par conséquent susceptibles de payer rapidement et sans regarder au prix. Cependant on s’est vite rendu compte via différentes études de marché et par notre expérience personnelle que les consommateurs de coke et de champagne étaient trop minoritaires, et qu’en prévision de leurs activités, ils gardaient suffisamment de produits en réserve pour la nuit – nous serions devenus faillitaires en peu de temps. Ou alors il aurait fallu axer notre campagne commerciale sur le consommateur à tendance toxico-alcoolo, pour qui l’usage n’est plus seulement récréatif, mais cela aurait été beaucoup de contraintes administratives et de problèmes de recouvrement de créances, sans parler de la concurrence avec les holdings sud-américaines trop bien implantées sur ce secteur d’activités.

Certes, nous avons bien un portefeuille de clients dépendants et malades mentaux avec Allô Bière Shit®, mais étant donné que nos tarifs sont adaptés aux petits consommateurs, nous sommes payés en temps et en heure – d’autant que nous avons le quasi-monopole du marché de la livraison à domicile. »

Aujourd’hui, Allô Bière Shit® approvisionne chaque nuit plusieurs centaines de fumeurs de cannabis alcooliques français répartis sur plus de 86 500 km².

[modifier] Légalité

Allo1.jpg

Les livreurs de la société font l'objet de contrôles rigoureux

Bien sûr, Allô Bière Shit® est une entreprise tout ce qu’il y a de plus légale. Comme nous le confirme monsieur Seillières, la compagnie ne distribue qu’une résine de cannabis spécimen, autant dire qu’il ne s’agit que de décoration d’intérieur.

« Les toxicomanes font appel à nous pour soigner un manque psychologique, en aucun cas nous ne fournirions de vraie drogue, allons donc ! » nous glisse-t-il avec un clin d’œil. « Le cannabis fourni est une forme de pâte à modeler très ressemblante, et nos livreurs, s’ils sont contrôlés, ne risquent absolument rien étant donné l’étendue des pots-de-vins que nous versons à la brigade des stupéfiants. J’ai dit '"pots-de-vins" ? Excusez-moi, il fallait comprendre : participation désintéressée à la cagnotte du bal des orphelins de la police. »

Et pour la bière, c’est légal ? « Bien sûr que oui ! Nous ne livrons que de la bière sans alcool, donc c’est 100 % légal ! Allons, vous connaissez UNE SEULE entreprise française capable de vendre de l’alcool sans se soucier de l’âge des consommateurs, et en proposant des facilités de paiement défiant toute concurrence ? Eh bien laissez-moi vous dire que si UNE SEULE entreprise française tolérait cette bassesse, eh bien elle ne mériterait pas du tout d’être française, croyez-moi. Ou alors c’est qu’elle a un directeur d’achat mystérieusement disparu à l’étranger, et dans ce cas ce ne serait pas la faute des dirigeants de cette entreprise mais bien de celle des lobbys communistes de la CGT. Pourquoi ? Allons donc ! Ils sont partout ! ».

[modifier] Concurrence

Si Allô Bière Shit® a acquis le monopole de la livraison tardive légale de bière et de shit, c’est, selon Seillières, parce que ses concurrents n’ont pas su s’adapter au marché.

« Nous avions des concurrents perpétuellement dans l’illégalité, de mauvais gestionnaires, qui n’hésitaient pas à se décharger des résultats médiocres de leurs exercices en se défoulant sur leurs salariés. Je me souviens de notre principal adversaire, la société Hamid Chelou®, qui proposait tellement de produits stupéfiants, qu’elle n’a su optimiser ses calculs de coûts et s’est vite retrouvée déficitaire. Incapable de rembourser son principal fournisseur, la holding Afghan International®, l’entreprise a déposé le bilan et fini dans la Seine.

Nous avons bien évidemment récupéré les contrats qui liaient Hamid Chelou® à Afghan, et embauché d’anciens cadres de cette compagnie. Ces hommes étaient réellement compétents, croyez-moi, ils étaient juste sous-évalués par leur ancienne boîte. C’est grâce à eux que nous avons défait notre autre principal concurrent, Vlükje Kllerstrim®, la filiale hollandaise de marijuana et de bière à dix degrés. Les hollandais avaient pignon sur rue dans le Nord de la France, mais ils ne réfléchissaient pas en terme d’économie attractive et de libéralisme primitif. Ils pensaient qu’avec une offre toujours croissante, ils pouvaient maintenir leurs tarifs ! Nous n’avons eu qu’à envoyer des enseignes autour de Lille et proposer une marchandise meilleure à moindre coût. Résultat : des clients fidélisés, et des concurrents ridiculisés dont les employés cherchent à tout prix à intégrer nos effectifs ! »

[modifier] Tarifs

Allo3.jpg

Des jeunes avec un vrai potentiel, un atout pour l'entreprise.

Avec le monopole du marché, Allô Bière Shit® en a-t-il profité pour augmenter ses prix ?

« Absolument pas ! » s’écrie Lemennissier « ce serait immoral pour nos clients ! De plus, nous ciblons aussi les classes les moins aisées de la population, nous devons leur rendre un service adaptable à leurs besoins ! Franchement, vous croyez que la moitié du pays serait alcoolique – pardon, je voulais dire œnologue, si le vin coûtait cher ? Et comment payer nos impôts par la suite, sans consommateurs ? »

Nous en arrivons au vrai problème : les charges.

« Aujourd’hui, le vrai problème est l’impôt sur les sociétés, qui nous étrangle, et aussi la TVA à 19,6 % qui réduit le pouvoir d’achat de nos consommateurs. Nous avons demandé à l’Etat de nous accorder une TVA à 5,5 %, appuyée par nos clients, mais rien n’y fait. Le lobby européen continue d’ingérer dans les affaires des entreprises qui ne cherchent qu’à faire le bien autour d’elles. Franchement, quand je vois un jeune qui traîne dans la rue, je n’ai qu’une envie : l’engager immédiatement comme dealer ! Mais que voulez-vous, l’Europe semble préférer les chômeurs ! »

[modifier] Avenir de la société

La société française s’enfonce dans la dépression, le moral est au plus bas. C’est une vraie tragédie, sauf pour la société Allô Bière Shit®, qui surfe sur la vague du spleen à fond la mobylette, selon Pierre-Joseph Seillières.

« En terme de chiffre d’affaire, le bilan 2008 nous promet un résultat qui dépasse les objectifs fixés en 2007 du triple. Nous avons atteint notre seuil de rentabilité en février, vous rendez-vous compte ? L’élection présidentielle a été un véritable coup de pouce dans notre activité : vous n’avez pas idée du nombre de futurs RMIstes alcooliques et sans espoir qui se mettent au shit pour trouver le sommeil, des retraités insomniaques qui nous appellent à deux heures du matin pour une bouteille de Fernet-Branca ou du taux d’étudiantes qui boivent de la vodka pour oublier qu’elles se prostituent afin de payer leurs appartements de six mètres carrés ! Et sans parler du quota de branleurs habituels, étudiants sans avenir, téléconseillères dépressives, zonards ou intérimaires de chantier, coincés dans des chambres de bonnes, qui contactent nos livreurs pour égayer avec de la mauvaise drogue et de l’alcool leurs soirées de pauvres ! 2008, c’est la BA-RA-KA ! »

Une bien belle parole optimiste, qui nous montre qu’une fois encore, l’esprit d’entreprise permet aux peuples d’avancer.

Qu'avez-vous pensé de Allô_Bière_Shit ?
 
113
 
38
 
11
 
4
 
7
 
6
 
24
 

Ce sondage a été créé le mai 8, 2008 20:58 et 203 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia