Alexander Fredrikt Cratinski

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Cratinski.jpg

Le philosophe gastrique ugnique suédois Alexander Fredrikt Cratinski

Cratinski, Alexander Fredrikt (1764-1824)

[modifier] Historique

Né en Suède à Trollhättan dans le coté du Vâstra Götaland au moment de l'explosion de la démocratisation de la lampe à carbone, ce fils d'industriel et d'une temouïne (féminin de témoin) de Jéhovah fanatique se plongea très tôt dans des études de philosophie gastrique et se spécialisa en 1792 dans la science ugnique (du mot suédois ugn qui veut dire "four"). Il est le précurseur de cette branche de la philosophie peu connue de la majorité et qui pourtant fit à l’époque un énorme scandale. Il est l’auteur de Quand le four fait ding © ( När den ugn göra Ding © ), publié en 1823, qui reçut, en plus d’énormes critiques, le Prix de Philosophie spécialisée du Festival du Livre de Philosophie spécialisée de 1823 (1823 Egendomliq Filosofi Festival), qui se tient à Kvikkjokk dans le comté de Norrbotten et qui est comme tout le monde le sait la ville spécialisée dans la philosophie spécialisée.

[modifier] Quand le four fait ding © ( När den ugn göra Ding ©)

C’est après des années de travaux qu’il put écrire ce livre, jetant ainsi les bases les plus solides de la philosophie ugnique. Il est l’auteur de la célèbre phrase « La croustipute est prête lorsque le four fait ding » (Den Kroustipute vara beredd när den ugn göra Ding), phrase qui clôt son ouvrage, qui a la particularité d’être écrit comme la démonstration d’une hypothèse, alors qu’aucune hypothèse n’est citée au début et que le lecteur doit attendre la fin de l’ouvrage pour connaître ce qui y est démontré : les croustiputes sont prêtes quand le four fait ding.

[modifier] Alexander Fredrikt Cratinski et la croustipute

C’est en 1770 que Cratinski goûta pour la première fois une croustipute, le célèbre plat inventé en 1754 par Nicolaï Von Der Puth, lors d’un banquet entre industriels suédois. Nombre des personnes présentes étaient des bourgeois et des gens cultivés. Aussi furent ils très surpris et outrés lorsqu’ils entendirent le petit Alexander Fredrikt Cratinski s’écrier tout haut « C’est bon mais ça serait meilleur moins cuit et avec de l’huile pimentée », après sa première bouché de croustipute. Les suédois étaient en ce temps très rigides et il était inconcevables pour eux de faire la cuisine différemment de comme l’inventeur du plat l’avait dit. En effet Van Der Puth avait fait marquer sur la boite de ses croustiputes (qui étaient imprimées par l’oncle de la cousine de la belle-sœur de sa tante Nikole, celle qui habite à Krakiuviov pas celle de Guragura, qui était lui même présent au buffet où Alexander fit scandale), que l’on devait mettre la croustipute dans le four et regarder régulièrement si elle était prête.

(pour plus d’information, voir Von Der Puth)

C’est suite à cette déclaration et à cette première expérience de croustipute que Cratinski décida de consacrer sa vie à démontrer comment les croustiputes devaient être servies, chose qu’il fit dans son ouvrage Quand le four fait ding ©.

[modifier] Conclusion

Quand le four fait ding © étant un ouvrage philosophique, il faut bien comprendre que lorsque Cratinski écrit « Den Kroustipute vara beredd när den ugn göra Ding », il veut bien sûr dire que chacun doit servir sa croustipute comme il a envie de la manger. Il est le seul à avoir démontrer que cela était important car tout à fait dans la continuité des travaux de son prédéceseur en la matière, Nikolaï Von Der Puth. Sans Alexander Fredrikt Cratinski, l’humanité n’aurait jamais été la même.


Photo Bio.png  Portail des Gens

Qu'avez-vous pensé de l'article "Alexander Fredrikt Cratinski" ?
 
3
 
3
 
0
 
0
 
0
 
0
 

Ce sondage a été créé le juillet 27, 2007 12:29 et 6 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia