Al Pacino

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Avais tu remarqué qu'en anglais "Al" rime avec "All"?! Mais c'est normal, il le vaut bien. »
~ Sacha Guitry à propos de Al pacino
Medium tony montana2

Al Pacino, ton futur maître, sereinement serein.

Actuellement Alfredo James Pacino mais mieux connu comme "Al Pacino" et affectueusement appelé "Al" ou respectueusement dénommé "Grand Al","Maître du Cinéma", "Meilleur Acteur à Vie" ou "Divinité Paciniene Suprême". C'est un demi-Dieu italo-américain exerçant une profession très difficile: Al Pacino. Pour le commun des mortels il est officiellement né le 25 avril 1940 à New-York. En réalité, comme tout illuminé qui se respecte le sait, Al fut envoyé sur Terre par Dieu le 25 avril 1540 dans le but de fournir à Shakespeare et Molière un acteur à la hauteur de leurs futures pièces théâtrales. C'est d'ailleurs à cette époque que le marché de la perruque se développa réellement, afin d'éviter au public de s'apercevoir que le même acteur jouait les quelques 1551484844846 pièces des deux hommes. Cela aurait en effet donné aux populations un complexe d'infériorité énorme, c'est pourquoi Al fit preuve de sagesse, une de ses qualités maitresses parmi tant d'autres...


[modifier] Son apparition

Al fut découvert sur la Place Saint Pierre de Rome le lendemain de son arrivée sur Terre, par une jeune romaine, Appolonia Pacino qui décida d'adopter le nouveau-né qu'elle dénomma Alfredo Pacino. L'Al adolescent travailla dur pour ramener de quoi manger à sa mère chaque soir, en faisant de nombreux petits boulots. Mais Al ne supporta pas longtemps d'être exploité comme un con, c'est alors qu'il fit sa première grande action Paciniene: il inventa la mafia. Ce qui rendit un phénoménal service à l'Italie toute entière et lui permit d'aller voir du pays tout en sachant que maman ne manquerait de rien et après avoir assuré la reproduction de son nom.

[modifier] Ses premières vies, ses premières œuvres

Heat-pacino-great-ass

Une expression surhumaine depuis toujours.

Après avoir fait le tour du monde 3 fois afin de développer son cerveau de manière encore plus supérieure, Al migra vers l'Angleterre en 1590, avec la ferme intention d'essayer de faire quelque chose des anglais, qu'il savait pertinemment être le peuple le plus regrettable du monde. Il n'oublia pas de remplir la mission divine pour laquelle Dieu fit de lui un demi-Dieu: jouer tout ce que ce malade de Shakespeare écrirait au lieu de passer ses journées a boire du thé en réfléchissant aux grands sujets philosophiques anglais tel que "fera-t-il enfin beau ce week-end?" comme ses comptraiotes. Le pays des moches eu donc rapidement une dette envers Al, qui pendant ce temps encourageait vivement la partie de la population, qu'il considérait alors comme la plus intelligente pour le comprendre, à fuir et à se réfugier en Terre Sainte Occidentale: l'Amérique.

Le 25 avril 1640, Alfredo Pacino décède d'une intoxication alimentaire due à un pudding . En effet, telle est la volonté de Dieu (et telle était la prédiction de Nostradamus):Al doit décéder tout les 100 ans pour changer de corps, et ne pas renforcer les complexes des masses populaires face à son immortalité. C'est ainsi qu'Al ressuscita le même jour, à la seconde près, en Italie, en tant qu'Alfredo Giancarlo Pacino, fils de l'un de ses propres descendants. Quelques années plus tard et après avoir assuré une fois de plus la reproduction de son patronyme le jeune Al(ainsi est il toujours aussi simplement dénommé)se rendit en France afin de donner vie aux créations théatrales de Molière, et de distraire Louis XIV pour mieux vider les caisses du royaume en secret.

En 1715, le prétendu Roi Soleil décéda d'une crampe cérébrale après avoir cherché à comprendre comment les finances de son royaume étaient à zéro alors qu'il n'achetait que des perruques et des fringues débiles... Al, qui était maintenant libre, car ayant rempli ses missions divines primaires, sentit le vent tourner et décida de partir pour l'Amérique après s'être offert un 4éme tour du monde et un nouveau corps le 25 avril...1740 (bravo!), celui d'Alfredo Vito Pacino, qui aurait dû être celui de l'un de ses arrières-arrières petit fils transalpins, et ça c'est pas donné à tout le monde.

Pacino devil

Le Grand Al en colère.

Une fois arrivé au pays dit "de l'oncle Sam" Al fut très mécontent de voir que des vrais anglais, donc des êtres indésirables, osaient occuper le terrain pour contrecarrer les plans (dictés par lui même dans sa précédente vie terrestre) des anglais intelligents (si si) devenu Américains. Le terrible incendie qu'il avait fait subir à Londres en 1666 n'avait donc pas suffit à les calmer! Le Grand Al usa donc légèrement (tel est le prix de la discrétion qu'il s'impose pour la sauvegarde mentale de qui est sauvegardable chez l'homme)de ses pouvoirs divins pour refouler ces intrus de sa nouvelle terre (chaleureusement aidé par ses amis français) et ainsi prononcer l'indépendance des Etats-Unis Paciniens d'Amériques le fameux 4 juillet 1776. Sa création la plus juteuse.

Al choisit ensuite un jeune gueux qui passait par là, pour en faire sa marionnette à la tête du pays: Georges Washington, un homme lui étant dévoué à 100%. Contrôlant et bénéficiant de son empire, Al se la coula douce jusqu'à sa nouvelle mort le 25 avril...1840. Pour anecdote Al se réincarna en Alfredo Umberto Pacino ce jour là. Cette nouvelle vie fut surtout marquée par la volonté d'AL de faire des PUSA (Pacinian United Sates of America) un pays des merveilles économiques, c'est pourquoi il y invita ses amis mafieux Italiens... La population du pays se multiplia rapidement par 2, les recettes aussi!

Ainsi, alors que débutait le XXéme siécle, Al pouvait se féliciter de sa réussite politique fulgurante, pour un coup d'essai, puisque les Etats-Unis étaient mondialement connus, respectables et respectés et étaient déjà synonymes de grands noms tels qu'[[[Al Capone]] ou Lucky Luciano, de grands professionnels adulés dans le pays d'origine d'Al. On peut quand même citer sa création technologique révolutionnaire: le téléphone sous divers pseudonymes comme Alexander Graham Bell ou Antonio Meucci. Notons bien évidement sa victoire lors de la Première Guerre Mondiale, plus rude encore que celle d'indépendance des PUSA.

Se sentant mouir, Al allât au cimetière des macaronis, situé en Toscane, où il redressa héroïquement la Tour de Pise avant de disparaitre une fraction de seconde pour ré-apparaitre dans le South-Bronx de Grosse Pomme, le 25 avril 1940, en tant qu'Alfredo James Pacino, où ses parents (toujours ironiquement ses descendants) avaient immigrés depuis Corleone (Sicile), le village où Al avait inventé la mafia. Comme quoi le cercle Pacinien est un cercle vertueux.

[modifier] Sa vie actuelle, ses nouvelles œuvres et sa reconnaissance internationale

HeatSE5

Al en pleine négociation.

Fraichement né au printemps 1940, Alfredo James Pacino dû malheureusement attendre que ses nouvelles cordes vocales soient performantes pour dicter à sa marionnette de l'époque, un certain F.K. Roosevelt, la marche à suivre pour enrayer les Nazi (les mecs les plus nazes de la Seconde Guerre Mondiale). C'est pourquoi il fallut attendre jusqu'en 1944 pour que les Américains puissent s'inviter en Europe se mêler de choses qui ne les regardaient pas. Néanmoins Al ne s'entendit pas avec un petit moustachu assez vif, nommé Hitler, qui semblait être à l'origine d'une énorme facture de gaz, désolant le monde entier. Ainsi Le Grand Al offrit un magnifique revolver à ce moustachu homosexuel fantasmant jour et nuit sur de grands blonds aux yeux bleus alors que lui était petit, brun, aux yeux marrons et le mit au défi de la roulette russe (pour une fois qu'une chose russe est utile...), on connait le perdant...

C'est alors que de nombreuses femmelettes commencèrent à avoir peur de "ce monde trop violent sniff sniff". Al décida donc de rendre l'atmosphère plus vivable en créant les congés payés, Brigitte Bardot, le 1er Mai (qui marque la fin des 8 jours de fêtes internationales suit à ses résurrections centenaires célestes) et la cuisine française...

Malheureusement pour certains, heureusement pour d'autres, un sale mouchard de la Maison Blanche Paciniene avoua tout au monde, le 1er janvier 1970 entre 4h48 et 5h11, sous une totale influence de l'alcool...

La Sainte Divinité Paciniene fut donc démasquée, séparant le monde en plusieurs clans:

  • les Paciniens (le bon clan, celui de la raison, composés d'adeptes d'Al)
  • les anormaux (ceux ne comprenant pas la supériorité paciniene d'Al)
  • les ennemis, aussi appelés sataniques cinglés, tarés, possédés, malades mentaux, ou anarchistes (ceux osant rejeter le Pacinisme)

Afin d'user positivement de la révélation faite par le mouchard (dont l'identité est aussi bien préservée que sa cellule d'Alcatraz), Al décida de satisfaire à volonté ses disciples, et d'essayer de faire quelque chose des anormaux en leur offrant un homme artificiellement surréaliste (mais pas trop, pour qu'ils puissent le comprendre et l'apprécier): le tristement célèbre Chuck Norris. (Quant aux ennemis, Al leur rendit quand même gracieusement le service de faire construire des Hôpitaux Psychiatriques dans chaque villes du monde.)

Pour satisfaire les bons, Le Grand Al eu une idée Paciniene de Génie, enfin de Pacino... Étant à la base un acteur-sauveur théâtral envoyé par la puissance créatrice de l'univers, et étant devenu un acteur des événements historiques et un des sauveurs du monde, Al inventa le cinéma pour que ses disciples puissent jouir de sa divinité n'importe où dans le monde.

Sacrposter

Scarface: une grande arme Paciniene d'influence.

Al entreprit donc d'exposer sa magie dans des dizaines de films dont la majorité sont inscrits dans la légende, parmi les plus diffusés retenons Scarface, véritable phénomène social qui transforma de nombreux anormaux en bons et honnêtes Paciniens. HEAT où il affronte et bat à plate couture son propre cousin quart-Dieu, Robert de Niro. Ou encore la trilogie Le Parrain, clin d'œil amical à une de ses plus intéressantes inventions.

Avec tous ces films, le Meilleur Acteur à Vie attira, attire et attirera toujours la moitié pure de notre planète.

Il inventa aussi les Oscars pour ne pas décourager les autres acteurs (tous plus ou moins inférieurs) dont il se priva, de par son immense bonté, pour des motifs bidons tels que "film trop violent" principalement, à l'exception d'une fois pour Le Temps d'un Week-End qui eu la particularité de marquer chaque humain l'ayant vu, de n'importe quel clan soit-il.

Notons au passage que le Maitre du Cinéma lança un message clair au diable en le jouant (L'associé du diable) de façon si parfaite (comme tout ses rôles) qu'il l'apeura complètement.

Al est et sera toujours adulé comme personne, attirant hommes, femmes, enfants, animaux et autres (par exemples les astéroïdes se dirigeant actuellement vers notre planète).

Al n'achète jamais rien, on lui offre tout.

[modifier] Son futur

Image7 1183510257

Le processus Pacinien de prise du pouvoir mondial est en marche...

C'est le 11 septembre 2001 que Dieu décréta que la plus part des hommes sont devenus fous, et que s'écartant du droit chemin catholique, seul Al pouvait faire quelque chose... C'est pourquoi Dieu donna à Al son ultime mission: contrôler totalement le monde avant 2032, date de l'Apocalypse donnée par le vieux barbu (Nostradamus bien sur). Al ayant le pouvoir d'être à plusieurs endroits en même temps (comme démontré dans L'associé du diable), la mission ne sera pas si difficile que cela.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
wikia