Airbus A340

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

L'Airbus A340 est un avion qui s'est avéré être une véritable bouse volante.

C'est un quadriréacteur, c'est-à-dire qu'il comporte quatre (gros) réacteurs, mais comme nous pourrons le lire par la suite, ça ne fait pas tout ! Il ressemble vaguement au Boeing 747, la bosse et quelques kilos en moins.

[modifier] Des débuts laborieux

L'A340, né d'accouplements immondes entre un A310 et un Bréguet Atlantic qui se retrouvaient en secret la nuit pour forniquer dans un coin tranquille sur le tarmac de l'Aéroport de Toulouse-Blagnac, fit son premier vol le 25 octobre 1991 entre Paris-Orly et Lamotte-Beuvron. On se rendit alors compte de la médiocrité de ses performances. En effet, dès la mise en vitesse les pilotes d'essai eurent les premiers doutes en voyant des lapins de garenne faire la course avec l'avion sur le bord de la piste. L'A340 réussit toutefois à prendre son envol après avoir roulé plus de 7 kilomètres, et provoqué plusieurs accidents de la circulation. Par la suite les ingénieurs, techniciens et autres savants fous qui se penchèrent sur son cas en conclurent qu'il arrivait à décoller grâce au fait que la Terre soit ronde. En outre, même en croisière le 340 se montra très lent, à l'instar des trains de nuit. Il était donc naturellement destiné aux vols long-courrier nocturnes.

« Heu... Je crois que ça branle dans le manche, Gaston !! »
~ Le Commandant à son copilote lors du vol inaugural
« Et Hop ! Sans les mains ! »
~ Le même Commandant, au moment de l'atterrissage

[modifier] Une carrière pénible

Malgré ce lourd passif, Airbus réussit quand même à vendre quelques A340 à droite à gauche, les principales compagnies clientes étant Air France, Air Limousin et Chartair. Las, cet avion ne fit pas une grande carrière, et dans les aéroports les équipages devaient constamment essuyer les quolibets de leurs collègues travaillant sur le Boeing 747, qui passaient à côté d'eux en ricanant.

[modifier] Les différentes versions

[modifier] L'A340 LC

La version low-cost de l'A340, avec banquettes en bois et toilettes turques. Pour raisons d'économie mais aussi pour économiser du poids sur l'appareil, il est dépourvu de ceintures de sécurité, et lors du décollage et de l'atterrissage les passagers doivent donc se cramponner aux poignées fixées aux banquettes.

[modifier] L'A340 Intercontinental

A340 avec rayon d'action étendu, qui lui permet quasiment de faire le tour complet de la Terre, et peut emporter 295 passagers, ainsi que bien sûr leurs bagages, et leurs chiens. Du fait des temps de vols très longs, l'avion fut équipé d'un système de vidange des goguenots, afin de limiter leur engorgement et d'éventuels problèmes de surcharge de l'avion. Ainsi à mi-parcours le pilote doit "larguer les chiottes", comme on dit en jargon aéronautique. Un jour, le commandant de bord du vol SAR 8820 Bogota - Luxeuil-les-Bains procéda par mégarde au largage des tinettes alors que l'avion survolait le village Club Med' de Punta Cana. Bilan: 20 morts.

[modifier] L'A340 Sleeping

Le même que l'Intercontinental, mais équipé de 120 couchettes au lieu de 295 sièges, essentiellement employé sur les relations nocturnes pour le tourisme sexuel vers l'Asie, et aussi pour les compagnies souhaitant proposer à leur clientèle des vols qui fissent couchettes et mi-couple.

« Pis quand on a envie de fisser, faut pas se priver ! »
~ Philippe Chevalier

[modifier] L'A340 Cargo

La version cargo de l'A340, capable d'emporter 80 tonnes de marchandises diverses et avariées telles que de la boustifaille pour les grands groupes agro-alimentaires, des machines outils pour le compte d'entreprises qui délocalisent, du riz pour le compte de la Croix Rouge, des armes pour le compte de Pasqua, etc...

[modifier] L'A340 Ultimate Sleeping

Une variante de l'A340 Cargo, conçue à la hâte suite à un pari idiot entre les cadres d'Airbus Industrie après un repas bien arrosé. Cet avion est équipé de tiroirs réfrigérés permettant de transporter 200 dépouilles mortelles, ce qui est particulièrement pratique pour rapatrier les victimes de crashs aériens donc. Le 9 septembre 2001, un avion de ce type rapatriant les corps de 100 ressortissants français morts suite à une gastro contractée dans un restaurant de Karachi s'écrasa juste après le décollage, la grosse buse aux commandes avait confondu sa gauche avec sa droite, et l'avion alla se planter lamentablement dans une colline avoisinante, sous l'œil goguenard des contrôleurs aériens. Les autorités furent d'ailleurs bien emmerdées, ne sachant pas trop s'il fallait compter les 100 corps dans les victimes de la catastrophe, et l'on perdit un temps précieux en d'inutiles palabres, ce qui eut une influence décisive sur les attentats qui allaient se produire le surlendemain aux États-Unis.


Voyageons au dessus des nuages jusqu'à ce qu'on n'ait plus de kérosène
AirMalawi.png
AirMalawi.png

Article principal : Avion

Les avions : Airbus A340Airbus A380AntonovBoeingCharterDumboJunker 87 StukaRafale
Divers : AéroportPierre-Feuille-Frappe aérienneRyanairRègles de sécurité en avionVol 001 Qatar Airlines


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia