Air

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Airintro

« Vive le vent » ? Mon cul.


Airair

Plein d'air pour illustrer. C'est une métaphore.

Force est de constater que dans notre monde, de l'air il y en a partout. Il remplit ta tête et pénètre toutes les bouches, provoquant la confusion et insufflant la vie, comme Dieu ou Le Déclic de Manara.
Il est ridicule de prétendre remettre en question son incontournabilité, ni de s'interposer entre lui et, par exemple, un Président de la république sans que ce soit pour un poing dans la gueule improbable[1]. En réalité, l'air EST la réalité.

D'aucuns diront qu'impalpable, comme l'oseille ou une paire de seins parfaits, l'ontologie même de l'air permet de le considérer comme inexistant, mais c'est qu'ils n'auront pas très bien compris ce qu'ontologie veut dire, et merci d'être intervenu mais tiens, on t'appelle.

On l'inspire (O2), on l'expire (CO2), on peut en boire (H2O) lorsqu'on en fait de la Badoit (€) et qu'on a accès à l'eau potable (OTAN), mais aussi être porté (EPO) par lui pour aller de Paris à Rio dans un cimetière en fer (HS). Et franchement, citer davantage de ses emplois nous ferait perdre du temps, ce temps précieux dont on prend gravement la mesure quand on sait qu'un être humain meurt en Afrique toutes les 20 secondes.

Arrêtons-nous 20 secondes pour y penser.

Je ne suis pas entrain de te vendre l'air, pas encore non. En attirant ton attention sur ses supposés bienfaits, je compte bien démasquer un phénomène moins odieux qu'insupportable à l'heure de le Internet et de ce que dès que j'ai une connerie à dire, je veux en faire profiter tout le monde.

L'air est une supercherie que l'homme met dans sa bouche sans savoir pourquoi, comme la glace au malabar[2] ou une citation du Général. Tu es persuadé du contraire et prends ses bienfaits pour acquis ? Tu voudrais te lever mais tu es bien assis ? Qui est-ce que les Illuminatis ne sont pas derrière tout ça mais c'est tout comme ?

Ne va pas trop vite en besogne, quand ce sera fini tu sauras tout et me remercieras.

À première vue

SearchtoolComme toi, l'air a tout un tas de défauts que l'on peut constater à première vue.

Tu vas tenter de répliquer qu'on ne peut juger à première vue quelqu'un, par exemple un exemple tiens : Clara Morgan, à ce qui rentre dans sa bouche, ou un type comme Ben Affleck à ce qui en sort. Tu trouves ces exemples partiaux, tu voudrais rétablir un équilibre, grrrr ou c'est qu'il est mon effaceur ?, mais tu ne peux pas. Je serai indulgent, petit topo sur la partialité.

La partialité

Notre Président est un connard de nain fasciste xD[3].

Cette affirmation est-elle :
 
320
 
324
 

Ce sondage a été créé le août 11, 2011 21:56 et 644 personnes ont déjà voté.

Je dirais que la partialité est l'apanage de celui qui écrit l'article. DTC.

Alors à première vue...

L'air, injuste ?

Question
Saviez-vous que...
Cet article est bâti sur du vent inerte.

À vite fait y regarder, une première évidence s'impose. Que ceux qui le pompent aux autres en consomment deux fois plus et que cela ne les fait pas mourir plus vite, ce qui devrait être une aberration même pour un imbécile. Qu'en penses-tu ? Je veux dire, rien n'est plus certain que consommer à outrance une chose fait mourir prématurément, surtout ceux auxquels on l'arrache...et force est de constater que trop respirer d'air, au pire, fait le même effet que des topinambours aux flageolets. Ou des pois-chiches pimentés à la mexicaine. Ou un autre de ces plats dont sûrement quelqu'un raffole qui voit où je veux en venir sans mettre péter dans mon article (ça va arriver, calme toi).

Airinjuste

Selon moi l'air fait se comparer injustement des cultures qui n'ont rien à se dire. Mais je suis un gros con ne l'oublie pas.

Peu importe, tu conviendras qu'il est abusif que tout le monde partage le même air pur ; à nous celui recyclé par les forêts luxu-rieuses de l'hémisphère à l'os dans le nez, qui circule histoire de nous faire profiter un peu des odeurs de fritures et pour diluer notre monoxyde d'amour ; à EUX les additifs carbonés dont seule la sacro-sainte civilisation détient le secret, sans qu'ils nous versent pour cela une royalty ; et aux Chinois le fait d'être trop nombreux pour être honnêtes. Et quoi qu'on pense des Chinois, je ne peux imaginer sans vomir que mon costume Armani se frotte à l'air qui passa jadis entre les gonades pendantes de Kanaks en pagnes ; même fortement dilué[4].

Cela tient à l'arbitraire de la vie et au concept préconçu et très surfait d'égalité. D'autant qu'ils seront bientôt deux milliards. Une tragédie se joue pourtant sous nos yeux, qui fait cohabiter l'innocence et la cupidité, sans parler des autres. En résumé : c'est tout simplement injuste, nous n'avons pas mérité ça et des étagères de chatons mignons empilés ne suffiraient pas à nous consoler, mais on va essayer quand même.


Maintenant que tu es revenu à ton état d'électeur élection, l'aphasie conforme, je continue. Car une dernière chose encore correspondrait du point du vue du premier con venu, tu vas en convenir, à une aberration : ceux qui bossent comme ceux qui ne font rien de leur existence ont droit à la même part d'air vital. Et le mérite n'intervient aucunement dans le partage. Mais comme pour ma part je ne fous rien j'ai du mal à savoir exactement où je veux en venir. Passons.

L'air, vulgaire ?

De part ses propriétés olfactives, c'est une évidence.
Surtout lorsqu'on tient compte de l'ampleur du phénomène, qui touche toutes les classes sans distinction. Car si l'on peut dire d'une chose qu'elle est grossière quand elle est populaire, l'on peut achever d'en être sûr quand cette chose est en sus partagée par un nombre suffisant de personnes (a fortiori quand il s'agit de tout le monde). C'est manifeste, les airs du béotien moyen et du normal supérieur se mêlent sans nuance dans les narines de toute naissance.
Ainsi et sauf à apprécier tout juste celui expiré par un mannequin suédois, je sais que la puanteur irradiant de ton être transpirant n'allèche guère ton voisin nanti. Et, puisque comme ta mère tout le monde en profite à contre cœur, s'abaisser à tant de jésusités partageo-gauchistes devrait avoir tôt fait de te faire réfléchir à deux fois avant d'expirer benoitement en homme du peuple ou de respirer à coté d'un inconnu qui n'ait au préalable fait état de ses gros seins.

L'air est vulgaire et il ne faut pas moins l'être pour continuer, aujourd'hui, de le consommer. Mais nous y reviendrons.

L'air, nocif ?

Searchtool Plus logique tu meurs, dans ton cul Hegel
Aircene

« Les gars, il n'y a qu'une coupe, alors certains vont éviter de nous refiler l'Herpès de Marie-Madeleine ! Judas : y boit pas. xD »

À mon humble avis, et je ne suis que l'auteur de cet article, tout va être très bien expliqué plus bas.

Commençons par rappeler à quel point cela manque d'hygiène et nous ramène à autrefois, abattant d'un seul coup notre gloire accumulée tout doucement, au fil des guerres, à force d'évolutions stratégiques et de raccourcis historiques : tout le monde se servait avant de la même coupe pour niquer et de la même prisonnière pour boire, et inversement, résultat le masque de la mort rouge s'abattit sur tous. Grosso modo.

L'air est donc également insalubre, principalement parce qu'il est partagé. Il s'agit d'un autre petit inconvénient dont on pourrait se rendre compte en lisant machinalement la thèse très bien de ce gars qui en a fait une sur le sujet, quand on est quelqu'un comme moi qui lit des thèses ; ou alors en y réfléchissant cinq secondes.

Comme tout le monde le partage, chaque élément si petit soit-il et recraché dans l'air par une personne est aussitôt absorbé par celle d'à côté (cf.shéma explicatif n°y en a qu'un). Alors d'accord, guérir d'un rhube ou d'une petite grippe contractée au hasard du détour d'une barre de métro mal entretenue est une affaire qui n'appelle pas de grands émois. Mais s'incommoder des suées d'un smicard XXL venant d'interpréter la scène d'Indiana Jones où il passe in extremis sous la porte de la caverne avant de récupérer son chapeau[5] est selon moi une scène d'Indiana Jones de trop : il faut que le voile se lève, l'air qui nous entoure est pollué, transpiré, impropre à cette consommation responsable vantée sur les affiches d'Hadopi qui te font j'espère aimer ton pays chaque jour un peu plus.

Question
Saviez-vous que...
L'effet papillon est un connard : c'est à cause de lui que si un esquimau pète au Groenland je peux attraper une angine à Chatuzange.

Pour ajouter quelques chose, il va falloir me parer d'atours scientifiques et agir avec une extrême prudence : nous sommes à la frontière de l'humour fécal. Si la majeure partie d'entre toi, lecteur, en pètera de joie, l'autre partie plus discrète pourra passer à sa suivante.
Parole d'ingénieur en analyse sensorielle, un boulot vraiment à la con qui fera un jour prendre le goût des vessies pour celui des lanternes, récoltée pendant un festoche séminaire et qui trouvera ici un écho immérité : quand notre voisin pète et que nous ouvrons la bouche pour respirer, somme toute, nous aspirons mille particules venues du fond de ses entrailles. Tu as bien compris, nous embrassons son cul avec cette gratitude indicible qui fait dire oui à la vie à chaque bouffée d'oxygène. Le plus souvent avec un inconnu en plus ! Bref, plus de démonstration te donnerait la nausée, je t'assure, mais crois-moi, c'est comme si tu demandais poliment à ton voisin qu'il te fasse du bouche-à-fesse, sans concession, par pur don de lui.

Airnez

Un gif explicatif te permettra de mieux y respirer plus clair.


Si la mort ne t'attend pas, c'est tout de même une disgrâce constante.

La servitude involontaire

Calme toi un instant. Lave toi la bouche du paragraphe précédent et retiens ta respiration, comme pour revendiquer un attachement particulier au Parc Astérix ou à l'air capitalisé dans tes poumons.



Aircheval1x

Continue...





Encore...






Après dix minute n'y vois-tu pas plus clair ? Non ? Bon.

Bref, si tu n'es pas arrivé à te soustraire à l'air, ne souffre pas d'hypoxie et continue de discerner les nets motifs de cette pages, c'est paradoxalement la dernière bouffée que tu devrais avoir envie de respirer, si toutefois tu as bien compris, mais j'en doute.
Alors je te pose carrément la question : pourquoi continuer à aspirer l'air à pleine bouche ? ? L'air je te rappelle, qui est injuste, vulgaire, nocif, et qui me fait penser que des blagues sur ta mémoire se transmettraient de générations en générations chez les poissons rouges.

Tu ne comprends pas non plus ? Sache que je me suis posé la question, pour toi, pour nous.

L'air, un adjectif qui fait peur ?

On pourrait penser que c'est pour cela que personne n'ose en dénoncer l'imposture. Mais non, car l'air n'est pas un adjectif.

Aircheval2x

Pour autant on pourrait s'y tromper, c'est vrai, et c'est gentil à toi de le faire remarquer. Alors mettons pour l'instant à part ce coté adjectif ou pas adjectif de l'air, et analysons-le rationnellement :

  • l'air est injuste, nocif et le troisième truc que j'ai dit
  • l'air est gratuit, comme un tremblement de terre ou la radio France Bleue Isère
  • l'air est obligatoire, comme tout ce qui est obligatoire et qui fait chier
  • l'air est qu'un connard de connard, comme son connard de pote d'effet papillon
  • point positif : l'air est transparent

Ainsi donc, pour ceux qui croient qu'il est un adjectif, je pense qu'on peut aisément dire qu'il fait peur, et que pour les autres, aussi. N'éludons aucun imbécile de mes révélations à venir et soulignons le caractère inopérant de la notion d'adjectivité, ce qui devrait achever de me donner une crédibilité syllogique.

Comment se défendre contre l'air ?

Cortex

Je te vois venir avec ta culture et tu sanchopenses peut-être que c'est peine perdu. Que nenni ! J'ai bien tout pensé, et pour commencer il serait bon de sensibiliser les autre cons gens que nous deux à cette nouvelle problématique : combattre l'air, progressivement de parce qu'on le gâche à parce qu'il nous tue à petit feu.

Comment ? En s'attaquant au porte-monnaie. Et une fois la haine de la vox populi acquise, s'en débarrasser sera un jeu d'enfant.

Rendre l'air payant

Question
Saviez-vous que...
Contrairement au discours politique, l'air c'est quand ça bouge que ça devient du vent.

Comme j'ai pu vaguement en faire mention dans cette introduction que je me plais à lire et à relire dès que j'ai un instant de libre, je n'étais pas entrain de te vendre l'air. Néanmoins, toutes ces histoires au sujet de la gratuité de cette chose délétère et indispensable m'ont fait penser que le monde était pourri, que des pauvres soudanais étaient partout dans le monde traqués pour leurs nageoires et que c'était une bonne occasion de faire du profit Cheers.

Si l'air lui est indispensable, le contribuable paiera. L'idée m'est venue au détour d'un croisement avec un radar mobile, sur une route que moi et des milliers de culbuteurs de lois entreprenons régulièrement dans la précipitation pour ne pas perdre notre temps plus tard au comptoir des ASSEDIC.
Je sais que le concept semble sonner comme un appeau à détracteurs, à l'image du mariage homosexuel ou des programmes de la chaîne M6, mais rendre payante une chose compte tenu de son importance pour les gens et de ce qu'ils sont prêts à faire pour l'obtenir n'est pas nouveau. Non ce qui me gêne, c'est que personne n'ait pensé à inclure l'air à ces denrées AVANT !

Nous pourrions, pour lancer le mouvement, nous substituer à Nicolas Hulot et rédiger un de ces discours qu'il a l'habitude de faire : un qui rallie les gens à sa cause toujours, par milliards :

Mes frères,
À l'heure actuelle, où gagner des trucs ou économiser des choses est plus important qu'hier lorsque vivre heureux était le seul objectif, ridiculement peu ambitieux de celui qui a quand même marché sur la Lune, l'air est gâché. Je ne parle pas uniquement de toi (pointer du doigt au hasard), dont la respiration est aussi inutile et malvenue que le maintien en vie, mais de tous ces gens qui en général ne se privent pas pour dévorer l'air à pleins poumons avant de le lui recracher à sa propre gueule. Et des Chinois.

Respirons, respirons, continuons de respirer...pourquoi ? Pour qui ? Tu veux mon zizi ? Oui ? Oui ? ! ? !

Non sérieux, comme le dit mon coiffeur : ça n'est pas sérieux ! Nous ne pouvons laisser le monde à la merci de profiteurs qui rotent et pètent sans égards, sans parler vite fait des usines à charbon. Cessons d'abuser de l'air, et chantons-le enfant de chœur : nous sommes toutes des filles de l'air.

Que ne ferions-vous pas pour aider le Monde et prolonger son enduit vital et aérien. Comme pour l'autoroute, une redevance me semble la seule solution pour que le gouvernement alloue un budget, ou ventile celui de la recherche sur du vent à celui de la recherche sur l'air.

J'en implore donc à vous tous, chers amis :

Votez POUR la taxe sur l'air !

Cessez de me jeter des trucs Merci.

Se débarrasser de l'air

Aircheval4x

Comme je le disais il y a maintenant, pfiou, quelques lignes, après un tel discours, les gens sentiront palpiter la conscience de leur EUX écologiste (selon le triptyque freudien du EUX, du LEUR et du MOID'ABORD), mais ils ne réclameront pas encore la tête de l'air au bout d'une lance : tout n'est pas gagné. Car il faut à présent profiter de cette nouvelle taxe sur l'air que l'on respire pour renflouer les caisses de l'État, celles des pays voisins, des pays pas voisins, créer des emplois fictifs, aider les entreprises, construire un peu partout au pif...bref : enchevêtrer fermement le devenir du monde économique et l'air aurifère. Après ça, les choses étant ce qu'elles sont, la taxe commencera son ascension.

« On traversait une période de creux à 2000m et je pensais que la cordée allait pas s'en tirer. Puis j'ai grossi, et on s'en est sorti. »
~ Une taxe à propos de l'ascension du pouvoir d'achat

Par la loi de nécessité que j'ai exposé supra, il me semble que la frustration devrait l'emporter peu à peu sur l'élan pro-environnemental du peuple. Ce dernier ne rêvera plus que d'une chose, se débarrasser de l'air et de toutes ces taxes. Sans d'ailleurs savoir qu'en fait ils le rejettent pour sa vulgarité, sa puanteur et parce qu'il véhicule la maladie. Protéger les gens d'eux-mêmes n'est décidément pas une mince affaire, et je me suis humblement fait à l'idée que personne ne me remercierait jamais pour ça.
Mais en fin de compte, voilà le spectacle auquel nous assisterons de plus en plus dans les tavernes et sur les places du marché à travers tous les bourgs d'Europe :

Galaad : Salut Godefroy.
Godefroy : Bonsoir Galaad. Tu as le mot de passe ?
Galaad : Euh...Air égale Satan. Et toi ?
Godefroy : Très bien. Air égale Satan, moi aussi. On est jamais trop prudent avec la sécurité. Bon, quel est l'ordre du jour ?
Galaad : De Montebourg-de-la-Hussette propose que l'on agisse au plus vite, dans une grosse offensive collective.
Godefroy : Je me fiche de ce que dit cet imbécile de Maxime, ce ne sont encore et toujours que des tweets lancés à l'aveuglette. Demain, dès l'aube, j'irai seul défier l'air en place publique, en retenant ma respiration 2 minutes !
Galaad : Mais tu n'y penses pas !
Godefroy : Si j'y pense !
Galaad : Bon. Si, on parlait d'autre chose. Sinon, t'as encore respiré, toi, aujourd'hui ?
Godefroy : Ouais, putain...
Galaad : Moi aussi, fais chier...

La spoliation sera telle que la populace asservie se tournera vers moi et mon plan super pour la débarrasser de son fardeau.

MON plan super

J'ai imaginé qu'un courant d'air spatial pourrait, facilement mais de manière ingénieuse, rafraîchir un peu notre Terre et nous débarrasser de tout cet air vicié qui compose son atmosphère. Mais là encore, le schéma n°ah merde, ben 2 alors s'impose pour plus de clarté.

Airfenetre

Tout bonnement génialissime, et je pèse mes mots. Ta sœur.

Le problème résiduel auquel il me faudra cependant faire face c'est cette propension des personnes qui m'entourent à ne jamais me croire, et à ignorer mes mises en garde alors qu'il est évident que Mir nous tombera dessus un jour ou l'autre, pourquoi pas en 2012. Comme le disait Albert Einstein, ma nouvelle star, les grands esprits ont toujours représenté une cible pour les enculés.

Changer d'air ?

Considérons cette sous-partie comme une halte garderie destinée à nos lecteurs écervelés pour qui le problème de l'air n'est donc pas si important, qu'il y en a plein partout et que même, en ville, il est tout pollué alors bon. Là encore, je me dois d'opposer un NON catégorique (catégorie : non direct, cherche pas).

Car le truc dans tout ça, c'est que personne n'a pu cesser de respirer pour sauvegarder ses jours sans y mettre un terme. L'arnaque commence lorsque ma logique subtile met en parallèle ce phénomène avec le fait que l'air tue. Je pense au simili-cycle de contamination flatulo-protocoledekyoto- nasal mis en évidence plus haut, mais aussi à tous ces gens qui sont morts, privés d'air. Ça me touche beaucoup, tout comme l'abandon des animaux au bord des routes. Je ne vais pas me répéter : je fous rien de mes journées.

L'air est donc mauvais en soi car c'est un fait indéniable fraîchement établi, mais l'air pur est gage de bonne santé pour les minutes quotidiennes. À l'instar de tous ces trucs qui marchent et dont les inventeurs touchent maintenant leur nouille et leur pourcentage, la consommation d'air n'offre aucune échappatoire tant elle représente un enjeu vital à court, moyen, et long terme... LE CRIME PARFAIT : lorsque l'on sait que selon la physique et Alain Souchon, l'air est composé de 79% d'azote, de 20% d'oxygène, et de 1% de rumba, et donc facile à produire pour peu que l'on possède ùn Coros de clave et un container perméable.

N'y-a-t-il pourtant pas d'autres solutions, pour déjouer toutes ces taxes sur l'air qui nous oppressent, abolir l'haleine de notre voisin ou faire taire Nicolas Hulot ?

Alternatives à l'air dans la bouche

À vu de nOOzLE et a prioriPeDia, il n'existe pas vraiment d'études scientifiques qui traitent de l'alternative à l'air dans la bouche pour respirer. Il s'agit donc bel et bien d'un produit de niche dont la rentabilité s'assure toute seule, sans équivalent à l'heure actuelle. J'ai tenté cependant par-ci par-là de dégoter, histoire d'être complet, quelques procédés visionnaires pour le substituer, avérés infructueux ou n'ayant jamais pu recevoir d'application pratique.

Pour tenter par exemple de plier les poumons humains à la terre...

Airterre

...pour respirer sous l'eau...

Aireau

...ou sous la cocaïne :

Aircoke

Et sans vouloir ressasser, sans succès.

Sommes-nous coincés ?

Avec cette histoire de liquide amniotique de synthèse futuriste dans le film Abyss, c'est à peu près tout. Il semble que peu de personnes se soient penchées sur la question, baissant les bras devant cet ultime défi pendant à la moustache rieuse de Dame Nature (deux poings sur la table ouvrez les guillemets) :

« Donc, en fait, sans air l'homme meurt comme Schwartzy dans Total Recall, et c'est tout. »

Point.

Mais moi je dis non.

Fille-blue girl dirk struve La nana aux cheveux bleus dit :
Non ?


Ouais, je dis non. Carrément. NON, même. NON ! NON

Fille-blue girl dirk struve La nana aux cheveux bleus dit :
Ah OK.

Donc j'ai bien réfléchi puisqu'en fin de compte, il faut être constructif quand on critique m'a appris mon père, mais retire ces doigts de ton nez t'es dégueulasse fils d'imbécile !
Je pense au final qu'il est n'est pas impossible de concevoir d'autres moyens pour l'Homme mal embouché d'air de respirer, particulièrement lorsque ce dernier manquera ou quand l'idée que j'ai suggéré (cf. supra) sera passée. Tel Jules Verne et tous les grands branleurs, je te laisse donc à toi, mon héritier, ces pistes mirifiques qui te permettront de poursuivre en mon absence les recherches et de réhabiliter mon nom après ma mort.

  • On pourrait construire un engin spatial pour migrer vers une planète où l'air n'est pas indispensable
  • On pourrait construire un engin nucléaire pour plonger dans les profondeurs marines où l'air inexistant forcerait l'homme à s'adapter
  • On pourrait demander à Wilhelm Storitz de nous rendre invisible pour pas que l'air ne nous retrouve
  • On pourrait créer une machine pour attirer un météore ce qui serait vachement classe
  • On pourrait commencer par respirer une fois sur deux, puis une fois sur trois etc...

Les armes sont entre tes mains, et je sens que ta persévérance décoincera notre odieuse situation sous peu.

Conclusion accusatrice

Tu auras compris que la honte sur toi et ta famille si tu respires encore nonchalamment après avoir lu tout ça. Pour le moment ILS nous observent, et je me garderais bien de dire à voix haute tout le mal que je pense de l'air. Car à défaut d'avoir des oreilles, comme les murs ou les lapins, il a du nez. Non je suis pas fou, je suis bipolaire.

Pour autant, je me dois de conclure en accusant quelqu'un, et ce sera toi. Toi, qui bien que dorénavant conscient de tous les risques et les Chinois que tu prends, continues à alimenter le complot que je ne théorise pas car je suis sain d'esprit.

Sur la sencyclopédie nous aimons bien les gens. Loin de moi l'idée d'en faire mourir une bonne partie, du moins la plus conne, peut-être toi, qui sait, who knows ?, en dénonçant ce qui est évident lorsqu'on réfléchit mal, comme tout le monde. À toi lecteur de faire la différence : cesse donc de réfléchir, à défaut de ne pas pouvoir cesser de respirer.

Et je ne t'accablerai plus trop.

Aircheval3x
Qu'avez-vous pensé de L'air : le crime ?
 
32
 
5
 
7
 
22
 
80
 

Ce sondage a été créé le août 11, 2011 21:56 et 146 personnes ont déjà voté.



Conclusiothon

Les choses que j'ai souvent dans la bouche sont souvent des conneries.

  1. je n'ai pas dit impossible, mais ridicule
  2. Ça pousse dans quel pays déjà le Malabar ?
  3. rajoutons xD pour se réclamer de la liberté d'expression au cas où
  4. Ce paragraphe devrait passer avec 2 doses d'ironie en suppositoire. Pour avoir une pêche d'enfer, Supo de Satan. Existe en goûts framboise ou banane.
  5. Je ne sais pas ce qu'il y a juste après in extremis, mais pour Hollywood je crois que y a une vache avant le moment fatidique.
  6. sortie de mon cul serait lui faire trop d'honneur, on ne lui octroiera ici qu'une courte référence déguisée


691px-Pi-CM.svg  Portail des Sciences sérieuses

Bestof v1
Meilleurde
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
wikia