Absinthe

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Là ou qu'on la fait, l'absinthe, c'est plus un produit local à la base qui évite qu'on reste accroché à un arbre par un stalactite entre les jambes, pas tellement un apéro »
~ Lucien Pairrenaud, distillateur à Couvet à propos de l'absinthe suisse

L'absinthe est une boisson faiblement alcoolisée fabriquée à partir d'extrait de potiron québécois dextrogyre. L'actrice Sarah Bernhardt est la plus grande consommatrice connue d'absinthe.

[modifier] Étymologie

La boisson doit son nom non pas au potiron dextrogyre - il n'y a en effet absolument aucun point commun entre les deux, en tout cas au point de vue étymologique - mais au fait qu'il a des effets hallucinogènes très puissants. A chaque fois qu'elle se pintait la gueule, les livreurs québécois qui apportaient son breuvage à Sarah Bernhardt ne pouvaient s'empêcher de s'exclamer avec leur accent pittoresque : "Kâlisss, l'a encore l'air bin absîînte not' Sarah !"


[modifier] Contrôle qualité

Pour s'assurer de la bonne facture d'une bouteille d'absinthe il convient de procéder de façon rigoureuse et scientifique :

  • Vérifiez que le mot "absinthe" figure bien sur l'étiquette
  • Prenez un verre (non, pas celui-là ! un verre propre !)
  • Versez une franche lampée d'absinthe dans le verre
  • Si le verre se dissout sous l'effet de l'absinthe celle-ci est périmée
  • Sinon buvez une grande gorgée d'absinthe pour vérifier les paramètres organoleptiques.
  • Z'avez compris ? Non, alors reprenez un verre
  • Si un doute subsiste, versez encore un peu de verre dans votre absinthe et dégustez avec un modérateur
  • Si vous pouvez vous tenir allongé sans aide extérieure une fois la bouteille vide, l'absinthe était de qualité et vous pouvez envoyer bobonne à la cave en chercher une autre, mais dites-lui d'arrêter de faire tourner la cuisine.

[modifier] Histoire

Une bonne femme Henriot dont l'histoire a oublié le prénom tellement elle était insignifiante se morfondait dans sa suisse natale, à Couvet, où l'on avait trois actvités :

  • Se geler les miches l'hiver
  • Mélanger toutes sortes d'alcools
  • Gouter les mélanges évoqués au point ci dessus

Passionnée de Zorro et autres histoires de personnages masqués, elle décida elle aussi de devenir une sorte de super héros sous le nom de "Docteur Extraordinaire" (le nom "Docteur Etrange" ayant reçu quelques décades plus tard un copyright rétroactif). Chevauchant son cheval "La Roquette", elle allait de village en village, se concoctant un arsenal de potions toutes plus efficaces les unes que les autres contre la sobriété. Rapidement devenue une célébrité, elle rencontra un jour le Major du Pied, moins militaire qu'exporteur de cucurbitacés d'outre-atlantique, qui lui fit découvrir ce qui allait pour le siècle suivant être le principal ingrédient de l'absinthe, le potiron dextrogire. Le produit qu'elle concocta alors avait deux qualités essentielles :

  • Il rappelait la soupe de courges de maman
  • Il était aussi infect que la soupe de courges de maman

en effet, rappelons nous qu'à l'époque le sel n'avait pas encore été inventé ni dans les alpes, ni dans le Jura.

Fort de cet aspect infect et familial, l'absinthe remplaça bientôt la soupe de courges pour se tenir chaud le soir, et bientôt, et le Major du Pied et le Docteur Extraordinaire laissèrent là leurs fabuleuses aventures pour monter une joint venture pour répandre un peu le produit.

Cette version de l'histoire, bien que reconnue canoniquement comme authentique, est souvent méconnue du grand public. Voila pourquoi. Il faut comprendre que tout super héros a un némésis, et celui du Docteur Extraordinaire était un moine chartreux, producteur de Chartreuse, le père No.

No, fort mécontant que dans les environs de Grenoble une boissons aux plantes infecte fasse concurrence à son cher produit, décida à son tour de produire de l'absinthe. Il s'appuya sur divers réseaux obscurs (Chartreux, faluchards, militaires, etc.) pour populariser et répandre le produit, dit "Absinthe Père No". Cela dit, le bougre était diablement fort en marketting, et il fut le premier à obtenir une trademark. De sorte, de la même façon qu'on ne retient qu'un Cola, on n'a retenu que l'Absinthe Pere No. De la même façon, afin de rappeler le caractère naturel, et "soupe" du l'absinthe, et également pour la rapprocher de la Chartreuse, il la fit produire en vert, couleur qu'elle gardera à l'avenir.

Au début du XX° siècle, beaucoup de petits distillateurs, vendant des produits bas de gamme pour toucher les classes populaires, se firent appeler "Perrenod" ou "Pernot" pour profiter de l'immense succès de l'absinthe homonyme.

Aux abords de 1915, la France ne boit plus que de l'absinthe. Cela fait le drame de trois groupes de Français :

  • Les viticulteurs, dont l'intégralité de la production sert à produire la base d'alcool dont est faite l'absinthe, faute d'alcool moins fort
  • Les producteurs de potirons, qui, étant donné que plus aucune soupe n'est cuisinée, n'écoulent plus leur stock
  • Les bijoutiers, n'ayant plus de jades ni d'émeraudes pour concevoir des bijoux, toutes ces pierres étant utilisées dans la coloration des absinthes bourgeoises

Le gouvernement de l'époque décide alors d'interdire l'absinthe, parce qu'il vaut mieux avoir l'Eglise sur le dos que des paysans, ça fait moins de légumes pourris à déblayer devant l'assemblée.

[modifier] Préparation

[modifier] Méthode tchèque (ou Bohème)

Flaming cocktails

Absinthe pas assez flambée

Batiment en feu

Absinthe assez flambée

Cette méthode traditionnelle regroupe dans un rituel simple deux grands pans de l'histoire de la Tchécoslovaquie

  • La suisse s'étendait à une époque jusqu'à Prague
  • Les russes pratiquent la méthode de la terre brulée

On applette... euh alleppe... Euh nomme également zette méthode "méthode Bohème" car Verlaine, lorsgu'il la bratiguait, HIC, z'écribait des zoulis boèmes.

Les absinthes tchèques (Tchèque Zisseupe si elle est verte fluo ou Tchèque Idaoute si elle est plutot bleue) ont comme caractéristiques d'être naturellement imbuvables, et constituent généralement plus, sans préparation, un préliminaire au lavage d'estomac que réellement un plaisir gustatif. Par ailleurs, elles sont vendues "brut de décoffrage", avec un degré d'alcool élevé, les alcools légers n'existant pas au Nord-Est de Dijon.

Il convient donc d'enlever le maximum de saveur et d'alcool possible en brulant le maximum son absinthe

[modifier] Méthode "traditionnelle"

La méthode traditionnelle se déroule en suivant scrupuleusement le rituel suivant :

  • Sortez un verre à absinthe
  • Sortez une cuiller à absinthe
  • Sortez un sucre à absinthe
  • Sortez de l'eau fraiche à absinthe, contenant des glaçons à absinthe
  • Mettez l'eau fraiche à absinthe dans un récipient à goutte à goutte à absinthe, comme une carafe à absinthe, ou une fontaine à absinthe
  • Versez de l'absinthe à absinthe dans le verre à absinthe
  • Posez la cuiller à absinthe sur le verre à absinthe
  • Posez le sucre à absinthe sur la cuiller à absinthe posée sur le verre à absinthe
  • Servez vous une bière, vous l'avez bien mérité
  • Laissez le goutte à goutte à absinthe se faire lentement. Pendant que vous observez, prenez une deuxième bière, pour passer le temps
  • Quand vous avez fini votre sieste, si le verre à absinthe contient moins d'eau que la table à absinthe et le sol à absinthe, c'est que vous vous êtes endormi trop longtemps. Servez vous une bière et recommencez
  • Sinon, et seulement si le sucre à absinthe est bien dissout, agitez la cuiller à absinthe dans le verre à absinthe pour termine de dissoudre le sucre à absinthe
  • Dégustez à absinthe

[modifier] Les effets de l'absinthe

L'absinthe est une boisson réputée différente, et à ce titre, naturellement elle a des effets différents de tous les autres alcools

[modifier] La "Tu Zones"

Le potiron québecois dextrogyre contient une substance appelée "dextrogyrose", souvent appelée par mégarde à cause de certains de ses effets la "Tu Zones". La dextrogyrose est un monoterpène monocyclique (c'est à dire qu'on la trouve essentiellement dans les numéros de clowns) qui se colle sur les synapses neuronales un peu comme une feuille de laitue sur la roue avant gauche du chariot au supermarché

[modifier] Sens de rotation de la pièce

Contrairement aux autres alcools, l'ingestion d'absinthe en excès ne fait pas tourner la pièce vers la gauche, mais vers la droite, ce qui est un effet direct de la dextrogyrose, bloquant les synapses de rotation à gauche (cf. le chariot au supermarché donc).

[modifier] Sens de chute au "cul-sec"

Autre différence marquante, une personne ayant atteint ses limites de tolérance à la boisson tombera en arrière si elle fait un "cul-sec" en se pinçant le nez. D'une façon encore non expliquée scientifiquement (l'alcool et la recherche expérimentale ne faisant pas encore bon ménage), faire la même chose avec un verre d'absinthe amènera le consommateur à tomber en avant, dans la position de l'asticot rampant, postérieur levé donc. On appelle cela "l'effet sans l'air"



Le Marché de la - Rayon alcool
Alcool ·Absinthe · Beaujolais nouveau · Bière · Champagne · Chartreuse · Faux rhum · Gin · Guinness · Liqueur de cacahuète · Orval · Pastis · Rhum · Soho · Suze · Vin · Vodka · Whisky
Autres rayons : Fruits et légumes - Viandes
Gerbe
Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
wikia