Œnomancie

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

L'œnomancie est l'art de la divination par le vin. Contrairement aux autres arts divinatoires, l'œnomancie ne requiert pas de prédispositions particulières. Il n'est donc pas nécessaire d'avoir un sixième sens: Les cinq sens ordinaires suffisent amplement. N'importe qui peut ainsi en peu de temps en acquérir les rudiments. A haut niveau cependant, il convient d'avoir un foie une foi solide.

[modifier] Histoire

L'origine de l'œnomancie se perd dans le fond des âges. On la retrouve dans pratiquement toutes les cultures. En Grèce, elle est pratiquée par les philosophes quand ils sont las de spéculer. On y trouve une mention fameuse dans le Banquet de Platon. En effet, après son altercation avec Aristophane, Socrate vide d'un trait le contenu d'un cratère et fait cette prédiction:

Προλέγω ότι αύριο θα έχουμε όλοι άσχημα στο κεφάλι!

À Rome aussi, la pratique de l'œnomancie est populaire. Des orgies divinatoires sont organisées dans tous les palais de la métropole. Le moraliste et épicurien Cicéron critique durement ses contemporains qui, en s'adonnant excessivement à l'ivresse de la prescience, oublient selon lui de vivre le présent:

«Turpe est difficiles habere nugas. In vino veritas sed diem perdidi!»(Ciceron, De Divinatione, IX.25)

On trouve une autre référence à l'œnomancie dans la Bible. Ainsi, dans Matthieu 26.20-25 on peut lire: Ayant porté la coupe à ses lèvres et bu du fruit de la vigne, Le fils de l'homme dit à ses disciples: «En vérité je vous le déclare, l'un de vous va me livrer.» Les disciples se mirent chacun à son tour à lui demander: «serait-ce moi rabbi?» en réponse il dit: «Il a mis les pieds dans le plat celui qui va me livrer.» Alors Judas qui dansait debout sur la table, s'écria: «Putain, qu'est ce qu'on se marre!» Jésus lui répondit : «Tu l'as dit, bouffi!»

Rappelons que la loi de Moïse interdisait les pratiques divinatoires quelles qu'elles fussent. Jésus, en sacralisant l'œnomancie par le biais de l'œcharistie, rompait définitivement avec l'Ancien Testament.

[modifier] Un art bien gaulois

L'œnomancie fut pratiquée en Gaule bien avant la conquête romaine. Elle y était poussée à son stade ultime. Les druides gaulois avaient élaboré autour de lœnomancie un rituel complexe qu'ils appelaient apéro. La forme actuelle de l'apéro a conservé certains éléments primitifs tel que :

  • l'entrechoquement des coupes, symbolisant le chaos primordiale d'où est né le Temps.
  • le rôt, symbolisant le présent insaisissable.
  • Le saucisson coupé en tranches, symbolisant la castration de Chronos par Zeus et donc la maîtrise du temps.

On note une variante dans le rituel d'apéro en Gaule méridionale. Au saucisson tranché les druides du midi substituent des olives transpercées par des aiguilles d'or. On retrouve là encore la symbolique de la castration du père, nécessaire à la maîtrise du temps. Les aiguilles évoquent les techniques ancestrales d'avortement. C'est, si l'on peut dire, un avortement dans l'œuf cosmique des possibilités. L'officiant interpelle par ce geste le Père du Destin et lui fait savoir que désormais c'est lui qui a contrôle. De nos jours on utilise des piques en bois plutôt que les aiguilles d'or.

[modifier] Le petit Grégory

Cette technique de divination populaire est directement issue de l'apéro méridional. L'œuf cosmique représenté par l'olive est lesté de sucre avant d'être plongé dans le breuvage. Le temps que met l'olive pour remonter à la surface oriente la prédiction.

[modifier] Le vin de Pythie

On a dit que les grecs pratiquaient l'œnomancie depuis l'Antiquité. Ce que l'on sait moins, c'est l'importance de l'influence hellène sur le rituel de l'apéro gaulois. Les Grecs avaient pour habitude de couper le vin avec des des épices, des herbes aromatiques. Habitudes qu'ils amenèrent avec eux dans leurs colonies phocéennes. Aussi, les druides de Massillia se mirent à intégrer dans leur cérémonie le «vin de la Pythonisse». Ce breuvage, issu de la macération de fenouil et de réglisse, ne permettait directement pas de lire l'avenir. D'ailleurs, la forme actuelle du nom, Pastis, indique clairement une relation à l'antériorité. Il permettait à l'officiant d'interroger les esprits des Limbes et de conjecturer ainsi sur les plans divins. Il ne s'agit donc plus à proprement parlé d'œnomancie, mais plutôt de spirituisme.

[modifier] Un renouveau au XIX siècle

En 1834 fut créée la Société Française d'Œnomancie. Son fondateur, Yves Rogne, était un médium réputé dans les milieux bourgeois. La SFŒ expurgea l'œnomancie de ses caractéristiques les plus populaires pour en faire une activité mondaine. Le rituel d'apéro vit son nom changé en «cocktail». Il s'agissait d'un hommage au coq gaulois. La transe éthylique était rarement atteinte lors de ces cérémonies, bien que l'avenir du monde s'y jouât pourtant.

[modifier] La dérive mixologique

La SFŒ recrutait ses membres dans les milieux intellectuels et bourgeois. Ceux-ci apportaient avec eux leurs croyances et leurs systèmes de valeur. Progressivement, ces systèmes s'assemblèrent pour devenir l'Eglise de Mixologie.

Les Mixologues prônaient une réforme totale de l'œnomancie, allant à jusqu'à même bousculer les fondement de l'apéro gaulois par l'introduction du culte marial à travers le «virgin cocktail». Ces changements d'orientation sont probablement se qui conduisit, en 1857, à la démission d'Yves Rogne au poste de président de la Société Française d'Œnomancie. On ne sait ce qu'il devint durant les quatre années qui séparent son départ de son décès dans des circonstances tragiques autant que mystérieuses.

[modifier] Danger pour la santé mentale

Il existe un risque pour l'œnomancien de perdre le contrôle de ses visions et parfois de perdre la raison. c'est ce que l'on appelle la maladdiction d'Ethan Hole, du nom du médecin qui la découvrit. Les visions induites par la transe éthylique contiennent souvent des révélations apocalyptiques. Parfois, le cerveau humain ne peut pas supporter la vérité. La conscience s'évanouit et le sujet n'est plus qu'un vortex inter-dimensionnel vomissant des prédictions lugubres aux relents de bile. Il n'est pas rare que de grands œnomanciens finissent leur vie dans la rue à prêcher la fin du monde toute proche.

[modifier] le Cas d'Yves Rogne

L'éminent œnomancien Yves Rogne, fondateur de la SFŒ, ne fut pas épargné par la maladdiction d'Ethan Hole. On ne peut que supposer que c'est parce qu'il était assailli de visions morbides qu'il quitta si brusquement ses fonctions à la SFŒ. La période de quatre ans entre sa démission et son décès reste obscure. le 4 Avril 1860, le corps sans vie d'Yves Rogne est retrouvé dans une chambre d'hôtel à Chamonix. La victime aurait succombé à un ultime assaut du vortex inter-dimensionnel ou, comme l'on consigné les gendarmes dans le procès-verbal, Yves Rogne serait mort étouffé par son propre vomi. Mais la victime a laissé un testament derrière elle, sous la forme d'une lettre, une prédiction sibylline.

Blanc sur rouge, rien ne bouge.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia