Émile Louis et Images

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Émile Louis et Images est un groupe de musique originaire de Toulouse formé en 1999 de la fusion de l'ex-tueur en série de l’Yonne, Émile Louis, avec le groupe Images.

Certaines de leurs chansons ont eu un succès phénoménal, comme par exemple « Les démons de minuit » (1986), en tête du Top 50 six semaines durant, ainsi que « le procès de la Cour d’appel de Paris », dont on a entendu parler au journal télévisé de France 2.

[modifier] Genèse

Émile Louis naît le 21 janvier 1934 à Pontigny (à 25 km au nord-est d'Auxerre) dans l'Yonne. Il est abandonné par sa mère au cours des premiers jours de sa vie. Il est pris en charge par la DDASS puis adopté par une famille d'accueil, où son père adoptif est artisan maçon et sa mère adoptive autoritaire et froide[1]. Mais ce n'est qu'à 14 ans qu'il apprend que ses parents nourriciers ne sont pas ses vrais parents. Adolescent, il séjourne dans un centre de délinquance en Saône-et-Loire où il est violé. Élève moyen, il obtient son certificat d'études.

En 1952, âgé de 18 ans, il s'engage dans la Légion étrangère et participe à la guerre d'Indochine pendant deux ans où il est affecté dans la marine en tant que transport de soldats tués au front. Il revient d'Indochine française à la fin de la guerre en héros avec plusieurs décorations militaires, mais abandonne l’armée.

Entracte musical :

« Capitaine abandonné »


Ouh, ouh, ouh,
Ils sont partis pour gagner
Ouh, ouh, ouh,
Mais ils ne sont jamais rentrés
Les rugissants du Pacifique
Les remous des torrents d'Afrique
Ont brisé le rêve magique
Ouh...
Ils sont tombés

Ouh, ouh,ouh,
Vers quel océan secret
Ouh, ouh, ouh,
Le vent les a emportés
Ils ont retrouvé la lumière
Ouh...
La liberté

Ohé, ohé, capitaine abandonné
Ohé, ohé, mets des ailes à ton voilier
Sonnez, sonnez, les sirènes au vent salé
Sonnez, sonnez, la dernière traversée

Ouh, ouh, ouh,
Si tous ces dieux t'ont fait rêver
Ouh, ouh, ouh,
Tu peux toujours t'embarquer
Mais si la tempête t'enlève
A l'heure où ton rêve s'achève
Garde bien ces mots sur tes lèvres
Ouh...
Ta liberté

Ohé, ohé, capitaine abandonné
Ohé, ohé, mets des ailes à ton voilier
Sonnez, sonnez, les sirènes au vent salé
Sonnez, sonnez, la dernière traversée

Ohé, ohé, capitaine abandonné
Ohé, ohé, mets des ailes à ton voilier
Sonnez, sonnez, les sirènes au vent salé
Sonnez, sonnez, la dernière traversée



[modifier] Les débuts

En 1954, âgé de 20 ans, il épouse Chantal Delagneau avec qui il a deux filles, Marilyne et Manoèle, et deux fils, Fabien et Fabrice. Ils vivent à Villefargeau à 7 km à l'ouest d'Auxerre.

Il se sépare de son épouse en 1978 après 24 ans d'union, demandant la séparation parce qu’« elle n'était pas portée sur le sexe ». Car oui, Émile est un adepte du corps à corps.

Entracte musical :

« Corps à corps »


Elle se lève
Elle sort de mon rêve
Sans faire de bruit
Irréelle
Dans cette chambre d'hôtel
Où rien ne vit
Elle ne m'a rien laissé
Qu'un parfum
Collé comme un regret
Au matin

Dans nos corps à corps
On a joué sur les mêmes accords
Cœur à cœur
Quelque chose qui ressemble au bonheur
Corps à corps
Elle m'a emporté vers d'autres ports
Cœur à cœur
Dans la chaleur des nuits d'équateur

Par hasard,
J'ai croisé son regard
Sa solitude
Moi aussi
Je connais cette envie
Cette inquiétude
Je crois qu'on s'est compris
Sans un mot
L'amour était écrit
Sur sa peau

Mais cet instant d'amour qu'elle m'a offert
Brûlera dans mon cœur même en enfer
Cet instant de plaisir que j'ai volé
Le temps ne pourra plus le rattraper



[modifier] Un succès immédiat

En 1981, alors qu'il vit à Seignelay où il y est conseiller municipal, il est arrêté et condamné pour attentats à la pudeur sur des mineures de la DDASS confiées à sa compagne.

Celle-ci confiera aux enquêteurs l’avoir surpris « après avoir entendu des cris venant de leur chambre ». Émile Louis déclarera à ce sujet : « Pas de quoi faire tout un foin. Je sortais de mon bain, elles s’entrainaient pour la chorale de l’école. »

Entracte musical :

« Laissez nous chanter »


D'accord pour les cris d'angoisse
Qui vous ont fait pleurer
Contre la mort qui menace
Nous sommes à vos côtés

Mais n'allez pas jeter la pierre
Si vous croyez que certains
Vous ont offensés
Car ceux qui dénoncent vos guerres
Sont ceux qui tombent les premiers

Le temps venu, solidaires
Nous seront des milliers
Aux pieds des mâts solitaires
De vos bannières étoilées

Mais devant les champs de vos ruines
Il faudra bien dire un jour
Où est la vérité
Entre vos orgues de Staline
Et nos guitares en liberté

Laissez-nous chanter
Le peu d'amour qui nous reste
Sous vos ailes d'acier

Oh, laissez-nous chanter
Laissez-nous rêver
Et s'il nous faut faire un geste
C'est à nous de décider

Mais laissez-nous chanter
Vous aurez le choix des larmes
Et des mots déchirés

Aussi longtemps que vos armes
Continueront de parler
Mais n'allez pas jeter la pierre

Oh, laissez-nous chanter
Laissez-nous rêver
Et s'il nous faut faire un geste
C'est à nous de décider
Mais laissez-nous chanter



[modifier] La confirmation

Le 12 décembre 2000, Émile Louis est placé en garde à vue après avoir avoué le meurtre des sept disparues de l'Yonne à des enquêteurs. Deux corps de victimes identifiées sont retrouvés aux endroits qu'il a indiqués.

Du fait de l’ultra-médiatisation de l’affaire, il reçoit les surnoms de « boucher de l’Yonne », « Anti-huitième jour ». Son sinistre mode opératoire consiste à enlever des jeunes filles à l’aide de sa camionnette. Il les conduit alors dans une forêt, où il les viole sans répit. « Jusqu’au bout de la nuit », ajouteront plus tard les enquêteurs à son procès.

Entracte musical :

« Les démons de minuit »


Rue déserte
Dernière cigarette
Plus rien ne bouge
Juste un bar qui éclaire le trottoir
D'un néon rouge
J'ai besoin
De trouver quelqu'un
J'veux pas dormir
Je cherche un peu de chaleur
À mettre dans mon cœur

Ils m'entraînent au bout de la nuit
Les démons de minuit
Ils m'entraînent jusqu'à l'insomnie
Les fantômes de l'ennui

Dans mon verre
Je regarde la mer
Qui se balance
J'veux un disque
De Funky Music
Il faut que ça danse
J'aime cette fille
Sur talons-aiguilles
Qui se déhanche
Ça met un peu de chaleur
Au fond de mon cœur

Ils m'entraînent au bout de la nuit
Les démons de minuit
Ils m'entraînent jusqu'à l'insomnie
Les fantômes de l'ennui

Ils m'entraînent au bout de la nuit...



[modifier] Panthéon musical

En juin 2006, les douze jurés de la cour d'appel de Paris confirment une peine identique à la première instance pour l'affaire des disparues de l'Yonne : réclusion criminelle à perpétuité avec peine de sûreté de 18 ans et dédommagement des familles de victimes.

Un coup dur pour Émile Louis, dont la stratégie de défense consistait à émouvoir le jury suffisamment pour qu’il émette quelques doutes sur la noirceur de sa personnalité. Il déclara notamment avec les larmes aux yeux que désormais, ses nombreuses victimes étaient « un peu plus prés des étoiles ».

Entracte musical :

« Un peu plus près des étoiles »


Ils ont quitté leurs terres
Leurs champs de fleurs
Et leurs livres sacrés
Traversés les rizières
Jusqu'au grand fleuve salé
Sans amour, sans un cri
Ils ont fermé leurs visages de miel
Les yeux mouillés de pluie
Les mains tendues vers le ciel

Un peu plus près des étoiles
Au jardin de lumière et d'argent
Pour oublier les rivages brûlants
Un peu plus près des étoiles
A l'abri des colères du vent
A peine un peu plus libres qu'avant

Au pied des murs de pierres
Ils ont brûlé leurs dragons de papier
Refermés leurs paupières
Sur les chenilles d'acier
Eux qui croyaient vieillir
En regardant grandir leurs enfants
A l'ombre du sourire
Des Bouddhas de marbre blanc

Un peu plus près des étoiles
Au jardin de lumière et d'argent
Pour oublier les rivages brûlants
Un peu plus près des étoiles
A l'abri des colères du vent
A peine un peu plus libres qu'avant

Ils parlent à demi-mots
A mi-chemin entre la vie et la mort
Et dans leurs yeux mi-clos
Du soleil, du soleil brille encore
Une île de lumière
Un cerf volant s'est posé sur la mer
Un vent de liberté
Trop loin, trop loin pour les emporter

[modifier] Référence

  1. en supposant qu’il s’agisse là d’un métier (car oui, je copie sur wikipédia en réalité)




Que pensez-vous d’Émile Louis et Images ?
 
33
 
12
 

Ce sondage a été créé le août 25, 2011 08:41 et 45 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia