Économie

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

[modifier] Histoire

L'économie est historiquement la science du vol légalisé à l'usage des riches.

En effet, les premiers économistes étaient des voleurs reconvertis, qui voulaient continuer leurs activités légalement. Ils ont inventé la banque, qui permet de créer de la fausse monnaie tout en prenant des bénéfices sur les prêts et sur les dépôts d'argent (de fausse monnaie bien sûr).

L'économie repose sur la confiance des voleurs reconvertis.

[modifier] Logique floue

L'économie est une science humaine qui utilise les mathématiques de la même façon que l'astrologie, on dit même de l'économie que c'est la science du vol organisé et humainement acceptable.

Attention, si vous rencontrez un économiste, surtout ne parlez pas de la couleur de votre culotte ; il pourrait vous vendre un crédit sur l'usage de la saleté et vous allez vous retrouver à poil, avec juste la saleté pour vous couvrir.

[modifier] Politique économique

Le but de la politique économique est de trouver des pigeons également appelés consommateurs pour écouler les biens parfaitement nuisibles et autres produits défectueux [référence nécessaire]. Quand le monde consomme beaucoup de GSM, de boissons gazeuses immondes, de hamburgers aux OGM qui font grossir, d'études à la con et parfaitement inutiles en pratique, de systèmes d'exploitation bidons, de soins hospitaliers ou de voitures mortelles, on dit que l'économie va bien.

Les économistes sont alors très fiers car cela permet d'extirper des fainéants (plutôt appelé chômeurs) de leur légitime paresse pour les insérer dans le monde sérieux et pas rigolo du tout du travail.

Selon le consensus de Washington, toute politique économique doit viser à augmenter la durée hebdomadaire du travail, moteur de la production, et exposer les salarié au besoin, moteur de la consommation.

Les dernières études ont montré que, pour qu'une économie aille bien, il fallait que les travailleurs achètent pour 75 heures de biens (l'Angleterre est à ce point de vue un bon élève mais qui est largement surpassé par la Chine, le Japon ou Chatuzange-le-Goubet) et que le taux d'activité, parmi la population générale (malades et handicapé compris), soit le plus élevé possible. La retraite ne devrait pas s'envisager avant 90 ans.

Il ne suffit pas de presser la populace comme un citron, il faut également la convaincre que la consommation ou la thésaurisation pourra alléger ses peines.

Bill Gates a dit « Qu'importe qu'il me vole mon bien, du moment qu'il m'en reconnaisse la propriété. Créons la dépendance, nous arriverons toujours bien à la leur faire payer. »

[modifier] Petite leçon d'économie

Vous avez besoin d'un prêt d'argent de 100 €, donc bien sûr pour le risque que prend l'économiste, il va vous demander de payer plus que la somme de départ.

On appelle cela l'intérêt. L'intérêt peut être faible ou fort, l'important c'est qu'il y en a, comme dans ce présent article.

Imaginons un intérêt de 1 % soit si vous payez :

  • en 1 an, vous devrez 101 €,
  • en 2 ans 102,01 €,
  • et en mille années : 2.095.915,56378139 euros.

L'intérêt est le pouvoir magique de demander à l'infini un travail sans aucune contrepartie ; en effet l'économiste, si jamais vous ne remboursez pas, prendra la totalité de vos biens qui valent bien la somme de départ. Il n'est jamais perdant.

Contre l'économiste, il n'y a qu'une seule chose à faire, c'est de l'ignorer. Et le retour à la condition d'esclave est enviable, car au moins on sait que l'on est un esclave, on ne vit plus dans l'illusion de la liberté.

L'économiste a un point faible : il ne comprend rien aux mathématiques qu'il utilise pour vous berner. Si vous êtes assez con pour tomber dans son piège stupide, vous méritez bien votre condition d'esclave.

Il y a donc deux types d'hommes sur cette terre :

  • Les économistes, qui sont des voleurs reconvertis en banquiers, des riches, des exploiteurs.
  • Les non-économistes, qui sont d’honnêtes gens reconvertis en esclaves, des pauvres, des exploités, des imbéciles, des sauvageons.
  • Et enfin la dernière catégorie d'hommes, les morts, qui sont bien heureux de ne plus vivre, ils ne sont ni exploiteurs, ni exploités (sauf comme engrais).

Leçon de morale de l'économie :

Bien heureux les morts qui n'ont pas vécu.
Partage sur...
wikia